juin 19, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

Message de bienvenue au XVe Congrès scientifique mondial 

Message de bienvenue au XVe Congrès scientifique mondial
Par Mahatma Santhi P. Jayasekera

Chers Collègues !

Nous tenons déjà avec vous le XVe Congrès scientifique mondial (CSM). Tous nos congrès précédents ont été consacrés à des problèmes scientifiques importants et d’actualité liés à l’état et au développement de la science moderne. Les problèmes de nos CSM sont vraiment inépuisables, tout comme la science elle-même avec ses intérêts et ses problèmes est inépuisable.

De nouveaux problèmes scientifiques importants et actuels, que nous n’avons pas encore traités et qui requièrent une interprétation approfondie et polyvalente dans l’intérêt de l’ensemble de la science moderne, la poursuite de l’établissement de notre autorité scientifique mondiale en tant que communauté scientifique et, plus important encore, le renforcement de la paix dans le monde, continueront à se présenter à nous comme des problèmes urgents de notre temps.

Le thème de notre CSM actuelle est « La science moderne : Concevoir et mettre en œuvre. « Et la science pour la paix : l’économie globale » Ce thème est en effet pertinent, et il n’est pas éphémère pour la science, étant véritablement fondamental et particulièrement attrayant pour elle, théoriquement et pratiquement, spirituellement et matériellement.
Tout scientifique a toujours ses propres idées scientifiques, qu’il essaie d’une manière ou d’une autre de mettre en pratique. Ces idées sont les plus audacieuses et les plus originales, et leur réalisation exige de la part du savant des efforts et des dépenses physiques et mentales considérables. Il arrive assez souvent que la mise en œuvre d’une idée scientifique nécessite des investissements financiers considérables et des moyens logistiques appropriés. Cela aussi doit être pris en compte. Et pourtant, l’essentiel dans et pour la science reste toujours l’intellect du scientifique lui-même, son état créatif et son équipement interne par des idées raisonnées et des croyances fondées sur des principes.

Le rôle le plus important dans la science appartient aux vues philosophiques du savant en tant que base spirituelle intérieure et guide principal dans son activité, matérielle et spirituelle.

Les idées vraiment originales, significatives sur le plan théorique et pratique, reposent toujours sur une base philosophique solide et, à leur tour, enrichissent les idées philosophiques sur le monde et l’homme. Une telle philosophie est la « philosophie de l’interaction » (« bialisme »), une philosophie du XXIe siècle reconnue dans le monde scientifique. Elle a maintenant 30 ans, un âge bien mûr.

Je suis sûr qu’à notre CSM, nous ferons connaissance avec de nombreuses idées scientifiques vraiment audacieuses et originales, significatives sur le plan théorique et pratique, et avec les moyens mêmes de leur mise en œuvre réelle et fructueuse dans l’intérêt de l’humanité, de tous et chacun, matérielle et spirituelle.

Aucune science d’aucun pays ne peut se développer de manière isolée sans son interaction organique avec l’ensemble de la science mondiale et avec la communauté scientifique mondiale, que nous représentons à notre CSM.

Je souhaite sincèrement à tous les participants du Congrès la mise en œuvre réelle de leurs idées les plus audacieuses et les plus originales, ainsi que de nouveaux succès et de nouvelles réalisations dans leur activité fructueuse au profit de la paix dans notre monde troublé. Je suis sûr que nos activités scientifiques peuvent réellement contribuer à l’établissement et à la consolidation d’un monde sans violence, un monde d’abondance de toutes sortes, matérielle et spirituelle.

Je vous remercie de votre attention.

Permettez-moi d’ouvrir les travaux de notre XVe CSM.