juillet 15, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

Le cinéma indien et les traditions de la culture nationale (1975-2018).

Le cinéma indien et les traditions de la
culture nationale (1975-2018).

Prof Santhi Jayasekera, Réalisateur

L’approche des œuvres cinématographiques que nous proposons permet également d’identifier de manière plus claire et plus convaincante les caractéristiques historico-nationales du cinéma indien dans son ensemble, qui sont théoriquement et pratiquement importantes pour le développement de l’ensemble du cinéma mondial.
Ce panorama cinématographique se déploie devant le lecteur, montrant divers films indiens d’une période historique particulière, qui témoignent de la manifestation et du développement de traditions typologiquement significatives de la culture indienne. Le lecteur-spectateur est invité dans une salle de cinéma spéciale.

Le panorama cinématographique est accompagné d’une analyse et d’un commentaire détaillés et impressionnants caractérisant les films représentatifs d’une période historique particulière à la lumière de l’incarnation individuelle et créative de traditions significatives de la culture indienne par des maîtres de différents profils.
Les films sont présentés dans l’ordre chronologique, de sorte que la séquence de leur apparition à l’écran, les spécificités de leur perception par le spectateur à un moment donné et la signification durable des films proposés, qui incarnent les traditions profondes de la culture indienne, peuvent être perçus plus clairement. Tout cela est offert au lecteur de ce livre de manière discrète et impartiale, objective et ciblée. C’est au lecteur lui-même d’en juger.

LA VENGEANCE ET LA LOI
(SHOLAY).

Réalisé par Ramesh Sippy, (né le 23 janvier 1947, Karachi), Année de sortie – 1975

Le principal avantage du film « Revenge and the Law » (distribué en Inde sous le nom de « Spark ») est qu’il nous fait ressentir une réelle empathie pour les personnages du film.
Le personnage principal du film – l’ancien inspecteur de police Thakur (Sanjeev Kumar) – est un homme courageux, direct et en même temps des plus ordinaires, qui n’a rien d’un surhomme. Son principal désir et objectif dans la vie est de venger la mort de ses proches, et la réalisation de cet objectif ne l’empêchera pas de faire n’importe quoi….
Pour protéger un village paisible d’une bande de voleurs, et en même temps pour venger le violeur sanguinaire Gabbar Singh (Amjad Khan) de la mort de sa famille, l’inspecteur Thakur engage deux braves hommes, Jai (Amitabh Bachchan) et Veeru (Dharmendra).
Tous deux sont de petits voleurs et, après avoir été arrêtés par la police, ils s’échappent tous les trois. Le troisième est le chef de gang Gabbar Singh, une véritable engeance de l’enfer, impitoyable et complice.

Tandis que Jai et Viru retournent volontairement à la police, Gabbar Singh part se venger de la famille de l’ancien inspecteur Thakur. Après la mort de Jai, Viru révèle tout le gang à Gabbar. Thakur apparaît et commence à se venger de Gabbar en lui donnant un coup de pied. La police arrête Gabbar et met fin au lynchage. La loi triomphe.
Le destin de Viru et de Jai forme deux intrigues du film. La première concerne les personnes qui ont commis des vols et des cambriolages, la seconde concerne les personnes qui, à la fin, réfléchissent au sens de la vie et au rôle de la famille.
La danse de Basanti (Hema Malini), qui danse pieds nus sur des éclats de verre pour sauver son amant dans le repaire d’un bandit, est magnifique. Il s’agit d’une expression claire de l’amour pour Vir, d’un désir de dominer Gabbar en interne et en même temps d’un appel à l’aide.
L’histoire de l’amour naissant entre Jai et Radha peut être retracée par les regards significatifs qu’ils se lancent l’un à l’autre. Ces regards en disent plus long que les mots.

Le film comporte beaucoup de scènes d’action et de collisions brutales. Tout ce que le film « La vengeance et la loi » résout de manière pacifique se distingue à juste titre des autres films et peut être considéré comme le tout premier western indien. Des personnages complexes, un plan détaillé, des discours pathétiques, de beaux acteurs, des épisodes de batailles et l’attribut principal des films indiens – des chansons et des danses entraînantes dans ce film forment dans leur interaction un genre particulier : c’est un film d’action, un thriller, un drame, une comédie musicale et même une comédie.
Il est révélateur que Revenge and the Law soit resté à l’affiche du Minerva Cinema de Bombay pendant cinq ans sans interruption et qu’il ait connu un succès constant auprès du public.

AMAR, AKBAR, ANTONI

Réalisé par Manmohan Desai (1937 – 1994).
Production – 1977

Le film s’inscrit dans le genre masala et se présente comme un drame sentimental.
Selon l’intrigue, Kishanlal (Pran) revient de prison où il a purgé une peine à la place de son patron Robert (Jeevan) qui lui avait promis en retour de s’occuper de sa famille.
La femme de Kishanlal, Bharati (Nirupa Roy), l’informe que Robert n’a jamais pensé à aider sa famille. Kishanlal demande de l’aide à Robert, mais ce dernier, au lieu de l’aider, se moque du demandeur. En représailles, il vole la voiture de Robert, dans laquelle il trouve une boîte d’or. Pendant ce temps, Bharati, la femme de Kishanlal, quitte la maison en laissant une note dans laquelle elle écrit qu’elle a décidé de quitter sa vie à cause de sa maladie et de ne pas être un fardeau pour la famille. Kishanlal s’enfuit de la ville, mais Robert le poursuit. Kishanlal, en tant que père, pour ne pas mettre ses fils en danger, les laisse dans le parc tandis qu’il échappe lui-même à la poursuite. Un garçon est recueilli par un policier, un autre par un prêtre local et un troisième par un musulman. Les garçons grandissent. L’aîné, Amar (Vinod Khanna), devient policier et professe l’hindouisme. Celui du milieu, Anthony (Amitabh Bachchan), est chrétien, mais grand pécheur. Le plus jeune est Akbar (Rishi Kapoor), musulman et chanteur populaire. Tous trois se rencontrent lors d’un don de sang pour une victime d’accident, qui s’avère être leur mère Bharati, qui retrouve la vue à l’occasion de la fête de Diwali.
Après plusieurs événements du film, ils se retrouvent dans leur maison, Kishanlal, Bharati et Amar, Akbar, Anthony.
Trois frères, trois beaux gosses comme l’étaient les stars de Bollywood à l’époque : le statuaire et viril Amitabh, l’espiègle et amusant Rishi, l’intelligent et réservé Vinod. Trois frères, trois caractères différents, parce qu’ils ont tous eu des vies différentes et ont été élevés par des personnes différentes, dans des religions différentes. Cela dit, ces religions différentes ne les ont pas empêchés de finir par se réunir au sein d’une même famille.
Le fait que les garçons aient été élevés dans des religions différentes prend une signification particulière lorsque le public réalise qu’ils ont été séparés le jour de l’indépendance de l’Inde, après s’être éloignés de la statue de Gandhi comme une seule famille.
Par ailleurs, le nom de la mère d’Amar, Akbar et Antony, Bharati, se traduit en hindi par « Inde ».
Amar, Akbar, Antony » est considéré comme le meilleur exemple de « masala » des années 70, car le film contient tous les types de héros bollywoodiens de l’époque.
Le film est devenu le plus grand succès de l’année et a été nommé dans plusieurs catégories aux Film Awards et a remporté les prix du meilleur acteur, de la meilleure musique et du meilleur montage.

DISCO DANCER

Production – 1982
Réalisé par Babbar Subhash
Genre : comédie musicale, drame, mélodrame

Anil (Mithun Chakraborty) est un chanteur de rue. Il se produit avec son oncle depuis sa plus tendre enfance et gagne en popularité auprès du public. Un jour, cette vie pauvre mais joyeuse prend fin : la famille rencontre un homme riche, Oberoi (Om Shivpuri), qui use de son influence pour accuser la mère d’Anil de vol. À l’abri de la prison, la femme et son fils quittent leur ville natale, déterminés à connaître le bonheur ailleurs. Au fil du temps, Anil devient de plus en plus célèbre et prospère en tant que chanteur, et on le surnomme Jimmy. Sur la vague de son succès, Jimmy rencontre Rita (Kim Yashpal), une jeune beauté, et des sentiments réciproques naissent entre les deux jeunes gens. Cependant, Rita est la fille du même Oberoi qui a autrefois blessé la famille de Jimmy. Ayant appris que sa fille sort avec un chanteur, Oberoi cherche à empêcher les amants et à détruire la carrière de Jimmy…
Extérieurement, l’intrigue semble assez simple et facile à comprendre, mais son contenu est porteur de leçons de vie qui sont vraiment pertinentes.
Le film raconte l’histoire d’un garçon pauvre de Bombay, Jimmy, qui, avec son oncle, chante des chansons dans les rues pour gagner sa croûte, et qui connaît un développement tout à fait inattendu lorsque le garçon entre accidentellement dans la maison d’un homme riche. Se présentant à sa propriété et crachant de rage, méprisant les pauvres, l’homme riche bat le garçon et sa mère, tout en les accusant d’avoir volé.
Il a fallu à Jimmy de nombreuses années pour ne plus se souvenir constamment de ces circonstances.
Jimmy grandit, devint un beau chanteur qui chantait dans les mariages, et sa mère commença à vieillir dans le silence et la joie. Cependant, Jimmy, profondément offensé par l’homme riche, a gardé une rancune et une soif de vengeance. Il n’a pas l’intention d’attendre longtemps pour se venger. Et l’occasion se présente. Le chanteur Jimmy est remarqué par un impresario expérimenté, qui l’aide à obtenir un véritable succès auprès du public.
La danse et les chansons enflammées de Jimmy font l’envie de ses concurrents. Il y a une lutte désespérée pour la vie, pour la vérité. Indomptable désir du héros de se venger et de se justifier aux yeux du peuple, Jimmy n’a pas peur de souffrir et d’être mutilé. Il franchira tous les obstacles et toutes les épreuves. Il ne va pas abandonner et perdre dans la vie. Il va gagner. Il sera une superstar !
D’excellentes chansons, une nouvelle musique électronique, une danse de style disco facile et sans effort ont indéniablement contribué au succès du film. Mithun mérite les plus grands éloges, surtout en tant que chanteur distinctif et danseur brillant. Il est bon à la fois en dynamique et en statique. La future célébrité de Mithun a été mise sur la voie du succès par le réalisateur Babbar Subhash. Un autre « atout » de B. Subhash était Bappi Lahiri, un compositeur de la « nouvelle vague », bien au fait de toutes les tendances musicales occidentales. Le style disco était le plus populaire en Europe et aux États-Unis à l’époque. Le résultat a été une bande sonore de qualité et narrativement énergique, dynamique et incendiaire, qui a été entendue pour la première fois par le peuple indien avant même la sortie du film.
Ce film peut véritablement être qualifié de « classique », non seulement du cinéma indien, mais aussi de « trésor cinématographique » international sur lequel le temps n’a aucun pouvoir.
L’histoire d’un simple garçon qui, pour se venger des torts causés à lui et à sa mère, devient une superstar reconnue par son entourage est instructive et impressionnante. Jimmy est un héros de rue reconnu qui n’est plus intimidé par aucune intrigue ou offense. La victoire totale, morale et inébranlable est de son côté. La justice triomphe à nouveau à l’écran, ce qui la potentialise dans la vie réelle.