mai 29, 2023

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

LA NOUVELLE VAGUE DU CINÉMA FRANÇAIS

Prof. Santhi Jayasekera, PhD., réalisateur

Alors que signifie “La Nouvelle Vague du cinéma français », C’est la période de la fin des années 50 et 60, qui se caractérise par l’abondance de films commerciaux dans la cinématographie mondiale. Paris a été reconnu comme le centre d’avant-garde qui a eu son influence au-delà de ses frontières.

L’histoire de la “nouvelle vague” commence dans la revue  » Les Cahiers du cinéma”. Les textes D’André Bazen ont été publiés ici, et ils ont analysé les œuvres des réalisateurs de “The New Wave”, et la majorité des pionniers de cette époque y ont écrit leurs articles.

A cette époque, la nouvelle technologie de cinéma a émergé, facile et disponible pour le large segment de la population, pas seulement pour les professionnels. Et, en conséquence, il y a eu une croissance drastique des intérêts.

Les réalisateurs de « The New Wave » ont été les premiers à se tourner vers la question de la vie quotidienne et à la refléter au cinéma.

Les nouvelles méthodes de montage du film, le travail original du caméraman et les nouvelles méthodes de narration ont été introduits pour la première fois. Le public voulait voir un homme moyen comme le personnage principal, avec ses désirs et ses besoins ordinaires. Les films de « The New Wave “ont en commun les traits suivants : la vie telle qu’elle est à l’écran, le personnage principal est un rebelle, qui rejette les normes et les règles sociales. “The New Wave Style  » a apporté une nouvelle vision du cinéma avec des dialogues naturels et le changement des scènes.

L’un des fondateurs de la “Nouvelle Vague” étaient Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Lelouch, Claude Chabrol, Jacques Demy. D’une part, dans leurs films, ils ont révélé leur propre vision du monde ; d’autre part, ils ont lancé un défi aux règles, qui suivit les autres réalisateurs de cinéma.

“La Nouvelle Vague de Réalisateurs de Films” Jean-Luc Godard, est le chef de file de “La Nouvelle Vague du Cinéma français” et en circulation représentant de l’avant-garde mondiale de la cinématographie et de réalisateur. Le développement créatif de Godard a commencé par la collaboration avec  » les Cahiers du cinéma”, où il a rencontré le critique A. Bazen. Bientôt, il est devenu le principal collaborateur de la revue “les Cahiers du cinéma”. François Truffaut et Claude Chabrol se sont également développés dans cette direction.

Premier réalisateur de Godard était le court métrage en 1954  » opération, maintenant, Pour son premier long métrage « à bout de souffle », il a écrit lui-même le scénario, ce qui a déterminé l’apparition de la nouvelle génération de maîtres du cinéma avec leur style unique, totalement différent des règles conventionnelles.

L’histoire du jeune rebelle (mettant en vedette Jean-Paul Belmondo) se cachant de la police et trahi par sa petite amie dépeint la protestation spirituelle de la nouvelle, dite “génération perdue”, avec ses vues non bourgeoises sur le moral.

Dans les années 60 Jean-Luc Godard avec ses compagnons de « la Nouvelle Vague » a mis la question de la jeunesse rebelle sur la première place. Mais il les a tous dépassés dans les questions philosophiques et sociales.

Rien ne peut être comparé aux caractéristiques caractéristiques de cette époque:

1962-Vivre sa vie (la prostitution comme question sociale), Le Petit Soldat (millitarisme et suppression de la personnalité); 1964-Parineeta (les revers du mariage respectable); 1966-Made in U. S. A..(the jungle of political fight); 1964 – bande à part (Youth extremism); 1967 – les racines et l’avenir des tendances totalitaires dans le monde moderne).

La majorité de son cinéma dans les années 70 reflète les questions politiques – Vladimir et Rosa (1970), lettre à Jane (1972) Godard se tourne vers les grandes formes de cinéma juste dans les années 80: les films Passion (1982),” le nom Carmen  » (1983) – la version de la nouvelle de P. Merime qui a reçu le Grand Prix au Festival International du Film de Venise.

Les créations de feu Godard sont exprimées dans la recherche éternelle et la réflexion dans son cinéma « prospérité et pauvreté de L’industrie du cinéma mineur “(1986) et” industrie du cinéma » (1989) jusqu’à la réalité culturelle des différentes époques « Allemagne, année 90, quatre-vingt-dix Zéro » (1991)et « JLG / JLG: autoportrait en décembre » (1994).

Sa contribution est énorme. Il a enrichi le langage de la cinématographie mondiale.

François Truffaut est un réalisateur, acteur, scénariste, qui est accepté comme un maître populaire et réussi du cinéma français. Il est le fondateur de “La Nouvelle Vague”.

En 1954, François Truffaut fait ses débuts en tant que réalisateur avec son court métrage “Les mistons”, et en 1956 il fonde son propre studio « Les Films du Carrosse ». Avec Jean-Luc Godard, il écrit le scénario  » l’histoire de l’eau” (1958).

En 1962, il participe au Festival de Cannes en tant que membre du jury.

Truffaut a publié le livre “Hitchcock cinema », et il considère Alfred Hitchcock comme son maître. Truffaut a joué dans le film “Rencontres du Troisième Type” (1977), et c’était son plus célèbre rôle. Le prochain travail important était les films sur le destin du jeune homme grandissant.

L’initiation était dans le autobiographist films “Quatre Cents Coups” (1960), et il continue dans le film “Andtan et Kolett” (1962), “Baisers Volés” (1968), “au Foyer” (1970) et se termine dans le film “Love is Gone”. Le rôle du personnage principal D’Antoine Doinel a apporté la renommée mondiale à Jean-Pierre Léaud.

En 1959, François Truffaut obtient le Grand Prix du Festival de Cannes pour le film « les quatre cents coups “dans la nomination”Meilleur Réalisateur ».

Le film « American night » (1973) révèle tous les principaux points de la profession de cinéaste, et il a joué en tant que réalisateur. Le film « American night “(1973) a obtenu L’Oscar dans la nomination”Meilleur Film étranger ».

En tant que réalisateur, François Truffaut a sorti 26 films et, en tant qu’acteur, il a participé à 10 films.

Claude Lelouch est réalisateur, scénariste, opérateur, acteur et producteur. Le Début du réalisateur s’est passé dans le film « l’essence humaine » (1961) n’a pas été réussi.

En 1956, il a tourné avec la caméra Candide reportage sur L’URSS « quand la cutain de fer s’ouvre ». Ce film a été acheté par les plus grandes compagnies de cinéma du monde. L’argent obtenu de la vente a aidé à produire son propre film, et en 1966 Claude Lelouch a tourné le film « Un homme et une femme“, qui l’a rendu mondialement célèbre et lui a valu la Palme d’or à Cannes et deux Oscars dans le nomaton” Le Meilleur Film étranger “et”Le Meilleur Scénario Original ». Dans sa propre compagnie de cinéma « Films 13 » Lelouch a commencé à faire ses propres films: la comédie “Adventure is adventure” (1972), une comédie criminelle “Happy New Year” (1973), un détective “Cat and mouse” (1975).

En 1988, Lelouch tourne un film « Itinéraire d’un enfant gâté », qui obtient deux César pour le rôle principal masculin (Jean-Paul Belmondo) et pour la musique du film (Francis Pay).

En 1996, le film basé sur le livre “Les Misérables” a reçu le Golden Globe du meilleur Film en langue étrangère.

Le public a aimé Lelouch pour qu’il s’intéresse à ce qui se passait. Son travail en tant que réalisateur, scénariste, caméraman et juryman lui a apporté beaucoup de renommée, et il est entré dans l’histoire du cinéma mondial.

Claude Chabrol est également l’un des principaux représentants de “la Nouvelle Vague “. Il a commencé sa carrière au milieu des années 50 comme critique de cinéma dans la revue « Les Cahiers du cinéma » avec Jean-Luc Godard, François Truffaut et E. Rommer-le futur leader de”la Nouvelle Vague ». Il s’expose dans son premier long métrage “Le beau Serge” (1958). Ce film est devenu le manifeste du nouveau mouvement. Bien que le film ait critiqué la vie de la bourgeoisie, il n’a pas suscité un grand intérêt de la part du public. Le deuxième film « Les cousins » (1959) est aussi captivant que “le beau Serge”, et il critique aussi la bourgeoisie et son mode de vie dépouillé dans la province.

Chabrol à ses meilleures années était le réalisateur de soi-disant “Black-detective”, mais utilisait les canons du genre pour l’analyse sociale aiguë de la relation à l’intérieur de la bourgeoisie. C’était la période du milieu des années 60 et 70: “Que la bête meure” (1969), Bodas de sangre  » (1973).

Il a été comparé à Honoré de Balzac avec sa Comédie humaine.

La fin des années 70 et 80 a été la période de son professionnalisme refroidi et n’a pas été tellement de succès, mais il a continué à tirer dans sa manière classique noir-détectives. « Masques » (1987), “le cri du hibou” (1999) ont été le tournage des costumes bruyants qui happende avant. “Une affaire de femmes” (1988), Classics base sur Gustave Flaubert “Madame Bavari” (1991) il a également filmé les classiques “Betty” (1992), “La Cérémonie” (1995).

Claude Chabrol était l’un des maîtres les plus productifs de France. De nouveaux films de Chabrol ont vu le jour tous les deux ans. Les dernières œuvres du réalisateur: « Merci pour le chocolat » (2000), “la fleur du ma” (2003), “livret du pouvoir” (2006), Bellamy (2009).

Ses œuvres comptent 60 films avec les meilleurs prix: César (1989) dans la nomination “Le Meilleur Réalisateur”, “Satellite Award” à Los Angeles dans la nomination “Le Meilleur Film Européen”.

Jacques Demy est le réalisateur de « la nouvelle vague » qui est resté consacré au bonheur du son le romantisme du cinéma.

À la fois réalisateur et scénariste, il a travaillé dans le cinéma d’animation après avoir tourné quelques courts métrages. Une telle expérience l’a aidé à ouvrir la voie à son premier film de fiction “Lola” (1961). Le rôle du chanteur de cabaret a été joué par Anouk Aimée qui a choisi parmi plusieurs amoureux un homme de sa vie. Nous pouvons nous sentir très clairement l’atmosphère romantique, comme dans ses prochains films. Le prochain film « La baie des anges » (1962) avec Jeanne Moreau dans le rôle de la joueuse impulsive et aventureuse.

En 1964, en France, le film “Les parapluies de Cherbourg” est sorti. Le drame musical léger réalisé par Michel Jean Legrand a conquis la popularité sur tous les continents.

Mais la triste histoire d’amour et de séparation a permis de voir la fascination et la magie de l’amour dans la couverture quotidienne avec sa banalité et sa sentimentalité. Tous les dialogues ont été soutenus avec la musique, et la musique a été soutenu par les mots.