septembre 23, 2023

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

SUR LA POSSIBILITÉ DE PROLONGER LA VIE ACTIVE PAR L’EXPOSITION À DES RAYONNEMENTS FOCALISÉS CHEZ LES JEUNES ORGANISMES.

Prof. Komrakov. E.V., PhD, Grand PhD, Moscou, ekomrakov@mail.ru

Depuis l’époque biblique du roi David, les gens ont essayé d’utiliser la jeunesse pour lutter contre la vieillesse. Au cours des dernières décennies, les scientifiques sont devenus plus actifs, essayant d’une manière ou d’une autre d’utiliser des organismes jeunes pour prolonger la vie et rajeunir les organismes âgés.

Quels types d’expériences n’ont pas été réalisés par les scientifiques pour rajeunir des corps âgés avec des corps jeunes : transfusions sanguines, greffes de cellules, en particulier de cellules souches, greffes de rate, greffes de peau, etc. Par exemple, la transplantation d’ovaires d’un vieux rat à un jeune rat a donné des résultats positifs : le cycle d’un jeune rat dont les ovaires étaient vieux a été rétabli. En revanche, la transplantation d’ovaires d’un jeune rat à un vieux rat n’a donné aucun résultat : le cycle n’a pas été rétabli. Ce ne sont donc pas les ovaires qui sont en cause !

Des dizaines de milliers d’expériences ont été menées, beaucoup de temps et des milliards de dollars ont été dépensés. Le résultat est nul. De toute évidence, tous les scientifiques ont suivi une fausse piste.

De nombreux scientifiques étudiaient le phénomène connu de l’induction de processus physiologiques dans les cellules et les tissus vivants sous l’influence d’un signal qui leur est transmis par d’autres cellules vivantes, sans contact direct avec le milieu de culture et sans la participation de transmetteurs chimiques du signal.

Un aperçu des effets de ce type est donné dans l’article Van Wijk R. Bio-photons et biocommunication, Journal of Scientific Exploration, 2001, 15(2) : 183-97 [1]. Les fondements de la théorie phénoménologique des interactions entre biophotons sont présentés dans Fritz Albert Popp, Ke-hsueh Li, Qiao Gu. Recent Advances in Biophoton Research and Its Applications (Progrès récents dans la recherche sur les biophotons et ses applications). World Scientific, 1992, ISBN 9-8102-0855-3 [2].

L’un des exemples de cet effet est l’effet dit « mitogène » décrit par Gurwitsch A.G. dans sa monographie « Das Problem der Zellteilung » [Problème de la division cellulaire]. [Problème de la division cellulaire], Berlin, 1926 [3]. Le phénomène a été démontré lorsqu’un groupe de cellules végétales en phase de mitose induit la mitose dans un autre groupe de cellules, les deux groupes étant séparés par un septum de quartz imperméable au milieu liquide.

On connaît également l’influence des cellules animales les unes sur les autres, en particulier l’influence des embryons en développement d’un organisme sur l’embryogenèse des embryons d’un autre organisme, c’est-à-dire ce que l’on appelle les « interactions à distance entre les cellules animales » (A.V. Burlakov, « Distant Interactions Between Animal Cells »). Distant Optical Interactions Between the Developing Fish Embryos (Interactions optiques à distance entre les embryons de poissons en développement).

Conference on Biophotons, 1999, International Institute of Biophysics [4]).

Il est généralement admis que les vecteurs les plus probables de ces effets sont les radiations électromagnétiques de faible intensité (voir la monographie « Biophotons »], éditée par Jiin-Ju Chang, Joachim Fisch, Fritz Albert Popp, Springer, Londres, 1998, ISBN 0-7923-5082-0, et, en particulier, L.Bei, T-H.Hu, X.Shen. Experimental Examination on the Possible Optical Interaction Between two Separate Cell Populations, pp.57-64 [5].

Brevet : RU 97636, Zakharov Yu.A., 2009 [6] décrit le dispositif de transmission du rayonnement électromagnétique des jeunes pousses à la peau du visage et de la tête et présente quelques justifications théoriques.

Figure 1. L’axe vertical indique la densité de puissance du rayonnement (W/cm2), l’axe horizontal indique l’âge des germes en jours.

Le brevet RU 2108028, rédigé par B.S. Kotov et Y.V. Gavinsky en 1996 [7] présente les résultats des mesures du rayonnement biologique des pousses de différentes plantes dans une gamme de longueurs d’onde allant de 2 microns à 2 mm (figure 1).

Toutefois, les chercheurs susmentionnés n’ont fait que constater la présence du rayonnement d’objets vivants et son effet sur d’autres objets vivants. Aucun d’entre eux n’a étudié comment le rayonnement d’organismes jeunes pouvait affecter un organisme âgé ou malade.

Fig 1

A                                                             B

C

Fig. 2. A – Biotron de Jiang ; B – Vue générale du Biotron ECOM ; C – Biotron ECOM au Vietnam

Le seul et ingénieux scientifique russe d’origine chinoise, Jiang Kangzhen, a imaginé d’utiliser le rayonnement biologique focalisé sur de jeunes organismes pour prolonger la vie et améliorer les conditions de vie des personnes âgées ou malades. Il a utilisé de jeunes organismes, le plus souvent des semis de plantes, comme donneurs dans ses expériences.

Au cours des dernières décennies, il a utilisé une boule de cuivre de 3,6 mètres de diamètre (figure 2A). Jusqu’en 2004, Jiang passait huit heures par session sur le Biotron. Le programme qu’il recommande est de 30 à 40 séances de ce type deux fois par an. Il était clair que l’utilisation régulière du Biotron dans ce mode était impossible, tant pour les patients que pour l’entreprise. Depuis 2004, Jiang a commencé à utiliser un amplificateur (champ électromagnétique puissant – CEM). La séance de Biotron a été réduite à 45 minutes.

L’auteur de cet article a rencontré Jiang à Khabarovsk à la fin de l’année 2008. Il a suivi 21 séances de 45 minutes chacune dans le Biotron avec l’amplificateur. Après cela, sa vue s’est considérablement améliorée (+2,5) et il n’a plus jamais utilisé de lunettes. Sa tension artérielle s’est également stabilisée et d’autres paramètres se sont améliorés.

L’auteur croyait en cette technologie et a essayé de négocier une collaboration avec Jiang. Jiang a refusé. Il a dû se mettre à la recherche d’une version plus efficace du Biotron. Six mois plus tard, l’auteur a proposé un tel modèle et, en septembre 2009, l’invention a été déclarée prioritaire.

L’idée de base de l’invention est que les deux parties de la sphère ne sont pas placées à une distance de diamètre, comme dans une sphère pleine, mais à une distance de rayon. La figure 2B illustre la description du brevet RU 2533058. La zone focale commune 6 est formée au milieu du rayon des deux réflecteurs au centre du dispositif, où est installé le lit du patient. Les supports de plantes sont placés à côté du lit.

La figure 2B montre le dernier Biotron ECOM de cette conception, qui a été construit au Vietnam en 2018. Les dimensions du Biotron ECOM étaient de 4 x 4 mètres. Grâce à l’utilisation de deux réflecteurs et d’un nombre beaucoup plus important de plantes, l’efficacité du Biotron ECOM était environ 15 fois supérieure à celle du Biotron Jiang. Ceci a permis d’utiliser le « Biotron ECOM » sans amplificateur et de réaliser des cours de 12 séances d’une heure chacune.

 

A                                                                             B

 

C                                                                       D

Fig; 3A

Fig.3. Versions compactes du « Biotron » : A – « Biotron personnel » ; B – « Biotron de bureau » ; C – « Biotron professionnel » ; D – « Biotron assis ».

En 2020, une série de Biotrons couchés en aluminium de 2 mm a été développée et produite. La figure 3A montre le Biotron personnel pour 12 plateaux de plantes. Il est possible de dormir toute la nuit dans ce Biotron. Une série de 7 séances (période d’utilisation des plantes). Puis une pause de 1 à 2 mois. Le Biotron personnel est principalement conçu pour être utilisé à la maison. On peut profiter de l’effet « Forêt de printemps » à tout moment de l’année, sans sortir de chez soi. Il est particulièrement intéressant d’utiliser ces appareils la nuit. Nous passons environ 8 heures par jour à dormir et pendant ce temps, ils peuvent être utilisés efficacement pour soigner ou guérir.

En 2022, de nouveaux modèles de Biotrons ont été développés.

La figure 3B montre une photo du « Office Biotron 4R » à quatre réflexes. La durée de la séance est de 45 minutes. La figure 3B montre une photo du « Biotron professionnel 4R » à quatre réflexes. La séance dure 30 minutes. La figure 3G est une photo du prototype à huit réflexes « Sitting Biotron » pour 60 plateaux de plantes. La séance dure 20 minutes.

L’efficacité (durée nécessaire de la séance) dépend de la surface de plantation, de la distance entre les plantes et le patient (au carré) et de la géométrie des réflecteurs.

Description de quelques expériences sur des souris.

Une expérience avec de vieilles souris au Biotron ECOM

L’une des expériences les plus intéressantes a été menée avec de vieilles souris au Biotron ECOM. Quarante souris âgées de neuf mois (mâles) de la lignée C57Bl ont été prélevées en mars 2016. Au début de l’expérience, en novembre 2016, alors qu’elles avaient 17 mois, 4 d’entre elles étaient déjà mortes. Nous avons divisé les 36 souris restantes en 3 groupes de 12 souris chacun. Un groupe (« Contrôle ») n’a pas été présenté au Biotron et les souris de ce groupe ont été gardées dans une pièce différente. Le deuxième groupe de souris (« In Focus ») a été placé dans le Biotron dans la zone focale et le troisième groupe (« At the Wall ») a également été placé dans le Biotron, mais en dehors de la zone focale, près de la surface du mur arrière du Biotron à la même distance des plantes et avec le même éclairage LED que dans le groupe « In Focus » (Figure 4A). À partir du 1er novembre 2016, à l’âge de 17 mois (soit environ 65 ans selon les normes humaines), les groupes de souris « In Focus » et « At the Wall » ont été placés dans le Biotron pendant 2 à 3 heures par jour, 5 jours par semaine, toutes les quatre semaines pendant 12 mois. Les souris expérimentales ont été placées dans le Biotron pendant environ 140 heures au total.

L’espérance de vie moyenne (ELL) des souris traitées au Biotron « In Focus » a augmenté de 25 % et l’espérance de vie moyenne a augmenté de 146 % depuis le début de l’exposition par rapport aux souris témoins ! Une réussite phénoménale (figure 4B) !

Non seulement les souris ont vécu 25 % de plus que les souris témoins, mais, fait plus intéressant, elles sont mortes « en cours de route » et même à plus de 100 ans, de manière conventionnelle (selon les normes humaines), tout en étant très mobiles et en ayant l’air aussi jeunes.

A                                                                            B

C                                                                               D

Fig. 4. A – disposition des souris dans le « Biotron » ; B – graphique de la durée de vie des souris ; C – souris de contrôle ; D – souris expérimentales ;

La figure 4B est une vue des 5 souris survivantes du groupe de contrôle au 23.02.2017 à l’âge de 20,8 mois. La figure 4G est une vue des 5 souris vivantes restantes traitées avec le Biotron « In Focus » au 28.08.2017 à l’âge de 27 mois. La différence d’âge entre les souris du groupe témoin et celles du groupe « In Focus » est de plus de 6 mois, soit environ 25 ans selon les normes humaines !

L’apparence est également très différente pour les souris âgées de plus de 100 ans selon les normes humaines. Cela est d’autant plus surprenant que nous avons commencé à traiter les souris dans le Big Biotron dès l’âge avancé de 17 mois, soit environ 65 ans selon les normes humaines, alors qu’elles avaient déjà commencé à mourir.

En fait, l’expérience de Jiang Kangzhen décrite dans le brevet RU2057808 [8] a été répétée avec de meilleurs résultats. Les souris ont été maintenues dans le Biotron ECOM pendant un maximum de 140 heures, alors que Jiang les a maintenues dans le Biotron pendant 720 heures. Les résultats de longévité dans le Biotron ECOM étaient également meilleurs que ceux de Jiang.

L’espérance de vie moyenne du groupe « Contrôle » était de 20,4 mois, soit 78 ans selon les normes humaines. Dans le groupe « Au mur », l’espérance de vie moyenne était de 21,5 mois, soit 82 ans selon les normes humaines. La dernière souris du groupe « In Focus » est morte à l’âge de 28 à 29 mois, soit un âge conventionnel de 110 ans selon les normes humaines. L’âge moyen des souris du groupe « In Focus » était de 25,4 mois, soit environ 98 ans selon les normes humaines (figure 4B).

On sait que presque toutes les souris de laboratoire meurent du cancer. Dans le groupe « In Focus », elles sont mortes du cancer, mais, en moyenne, 20 ans plus tard que les témoins, selon les normes humaines. Même atteintes d’un cancer, elles étaient actives, avaient bonne mine, avaient bon appétit, ne se couchaient pas, ne tombaient pas malades et mouraient rapidement et de manière inattendue.

Un résultat similaire avec le Biotron n’est-il pas une perspective pour la gérontologie moderne ?

Si les souris étaient examinées et traitées à temps, elles pourraient presque toutes vivre jusqu’à 110 ans selon les normes humaines, comme l’a fait l’une d’entre elles, et peut-être même beaucoup plus longtemps, car la dernière souris est également morte d’un cancer.

C’est là que la combinaison du Biotron et de la médecine classique est exactement ce qu’il faut. Il est possible d’obtenir des résultats fantastiques chez l’homme, tout en évitant presque totalement la phase la plus coûteuse et la plus désagréable du traitement : l’hospitalisation. C’est l’un des principaux objectifs de la gérontologie mondiale. L’âge moyen des souris témoins s’est avéré être de 78 ans selon les normes humaines, comme dans les pays développés, et de 98 ans dans le groupe « In Focus ». Vingt ans de vie active en plus !

En même temps, tous les groupes de souris ont été maintenus exactement dans les mêmes conditions : ils n’ont été nourris que d’aliments secs bon marché, qui ne contribuent évidemment pas à la longévité, ils n’ont pas reçu d’antioxydants, de géroprotecteurs, d’eau spéciale, ils n’ont pas été forcés à faire plus d’activité physique, etc.

Ce résultat a été obtenu UNIQUEMENT par l’exposition à des rayonnements électromagnétiques focalisés (concentrés) provenant de jeunes plantes pendant 12 heures par mois. Sur la base des résultats de cette expérience, on peut supposer que l’exposition au rayonnement électromagnétique concentré de jeunes plantes a un effet systémique sur l’ensemble des mécanismes et des syndromes du vieillissement.

De février 2017 à septembre 2017, la mobilité des souris a également été mesurée dans des arènes circulaires et carrées spéciales (Fig. 5A et B) à l’aide de techniques internationalement reconnues. Leur mobilité, même à plus de 100 ans selon les normes humaines, était très élevée (Fig. 5B).

A                                                                             B

Figure 5. A – Arène carrée pour mesurer la mobilité des souris ; B – Arène ronde ; C – Graphique des résultats de mobilité des souris.

La vidéo que nous avons prise montre très clairement la différence de qualité de vie des groupes de souris dans cette expérience. La vidéo peut être visionnée en ligne en cliquant sur ce lien :

https://cloud.mail.ru/public/v5Qu/FnRDxyApS

Expérience avec des souris donneuses

D’avril à décembre 2019, une expérience a été réalisée pour exposer de jeunes souris à des rayonnements biologiques sur des souris âgées dans le Biotron avec des réflecteurs horizontaux. Il n’y avait que 4 souris par groupe dans les groupes de contrôle et expérimental de vieilles souris de la lignée DBF1 (mâles). Un plus grand nombre n’était pas disponible. Il est clair que 4 souris ne sont pas suffisantes pour les statistiques et la validité, mais le vecteur d’influence est tout à fait détectable. Les souris étaient âgées d’un peu plus de 2 ans. Il s’agit de souris assez âgées, d’environ 80 ans selon les normes humaines.

Trente jeunes souris âgées d’un mois et demi ont été utilisées comme source de rayonnement biologique (figure 5A). Au début de l’expérience, 30 souris DBF1 femelles âgées de 1,5 mois ont été utilisées, et à partir du 4.6.2019, 30 souris DBF1 blanches mâles âgées de 1,5 mois ont été utilisées.

A                                                                                                         B

Figure 6. A – Souris, sources de rayonnement biologique ; B – Disposition des souris et des souris expérimentales dans le Biotron ; C – Graphique de survie des souris.

La figure 6B montre la disposition des souris dans le petit Biotron. En bas, 30 jeunes souris donneuses de rayonnement sont placées dans le grand conteneur de la zone inférieure du réflecteur, et dans le petit conteneur supérieur de la zone focale, les vieilles souris expérimentales. Au début du mois de juin, les jeunes souris âgées de 3,5 mois ont été remplacées par de nouvelles souris âgées de 1,5 mois. Les souris des groupes de contrôle et de test ont été choisies au hasard, elles avaient à peu près la même apparence et la même mobilité. Le temps d’exposition a été fixé à une moyenne de 3 heures par jour en semaine.

La figure 6B montre un graphique du taux de survie des souris âgées. Trois mois et demi après le début de l’expérience, toutes les souris de contrôle sont mortes. Quatre mois après le début de l’expérience, alors qu’il ne restait plus que 2 souris dans le groupe test, l’irradiation dans le Biotron a été complètement arrêtée, et les souris ont été laissées en survie.

Depuis le début de l’expérience le 01.04.2019, l’espérance de vie moyenne du groupe de contrôle était de 72 jours, tandis que l’espérance de vie moyenne du groupe de test était de 143 jours. Cela représente 71 jours ou, conventionnellement, environ 7,5 ans de plus selon les normes humaines. La longévité maximale a été augmentée de 153 jours, soit environ 16 ans selon les normes humaines.

Il s’avère que depuis le début de l’expérience, les souris testées ont vécu en moyenne deux fois plus longtemps que les souris de contrôle !

La mobilité des souris du début du mois d’avril a également été mesurée à l’aide de techniques internationales (Fig. 5 A et B). La mobilité moyenne du groupe test au cours des 6 dernières mesures était 3 fois plus élevée que celle du groupe témoin, ce qui indique une très bonne qualité de vie dans le groupe de souris test.

Simulation de la toxicité aiguë chez les souris de laboratoire

Nous avons utilisé des souris linéaires (hybrides de première génération – BDF1(C57BL/6 * DBA/2), mâles, âgés de 3 à 4 mois, issus de la pépinière « Stolbovaya », le médicament anticancéreux cyclophosphamide dans un emballage pharmaceutique standard pour injection intraveineuse. Les expériences ont été menées dans le « Biotron ECOM » pendant un mois.

Figure 7.

Toutes les souris ont reçu une injection de cyclophosphamide (par voie intrapéritonéale) à une dose de 500 mg/kg, déterminée lors des expériences préliminaires et entraînant la mort de 50 % des souris auxquelles elle a été administrée. Les animaux de laboratoire ont ensuite été divisés en trois groupes : Les animaux « témoins » ont été maintenus en permanence à l’extérieur du Biotron. Les groupes « At the Wall » et « In Focus » ont été placés comme sur la figure 4A du 10.10.2016 au 01.11.2016, 3 à 5 jours par semaine à raison de 3 heures par jour. Il y avait 10 souris dans chaque groupe.

Dans le groupe « Contrôle », 50 % des souris sont mortes, dans le groupe « Au mur », 30 % des souris sont mortes, dans le groupe « In Focus », toutes les souris ont survécu et n’ont pas été malades plus d’une semaine. Les résultats de l’expérience sont présentés à la figure 7. L’expérience a montré des résultats très encourageants pour compenser les effets toxiques de la chimiothérapie. D’autres études sont nécessaires.

Ces trois expériences sur les souris ont été réalisées par le Dr S.V. Zinoviev, MD. Les souris ont été gardées dans le vivarium du Centre russe de recherche sur le cancer N.N. Blokhin, à Moscou. La motilité des souris a été mesurée par le biologiste Chernenko P.P.
Expérience menée à l’ITEB RAS avec des souris porteuses de tumeurs en 2016.
Trente-trois souris de laboratoire blanches mâles de la lignée SHK ont été utilisées pour l’expérience.
Les animaux ont été divisés en 3 groupes de 11 animaux chacun. Des cellules d’hépatome ascitique d’Ehrlich ont été utilisées pour la formation de la tumeur. Deux jours après la formation de la tumeur, les souris ont été traitées avec ECOM Biotron selon le schéma de la figure 4A pendant 7 jours, 3 heures par jour. Toutes les souris ont ensuite été transférées à l’ITEB RAS. 6 souris de chaque groupe ont été utilisées pour les prélèvements sanguins. Et 5 souris de chaque groupe ont été laissées en survie.

A                                                                              B

C
Fig. 8. A – Numération des globules rouges ; B – Numération des plaquettes ; C – Graphique de survie.

Dans la figure 8A, la numération des globules rouges et dans la figure 8B, la numération des plaquettes au 13e jour après la transplantation de la tumeur. Dans la figure 8B, le graphique de survie pour les 5 souris restantes dans chaque groupe. Toutes les souris du groupe témoin sont mortes au 28e jour. Le 42e jour après la transplantation de la tumeur, les 2 souris restantes (40 %) du groupe du centre Biotron sont mortes pour des raisons d’analyse.
Les résultats de l’expérience ont permis de conclure sans équivoque que le fait de garder les animaux ayant subi une transplantation de tumeur dans le centre Biotron (zone focale) a eu une influence positive :
1. Sur le niveau de stress oxydatif, en réduisant ses effets négatifs ;
2. Sur le taux de formation et le volume du liquide ascitique ;
3. sur le niveau d’hémoglobine, la concentration d’érythrocytes, les plaquettes, l’hématocrite.
4. N’altère pas la longévité de l’organisme porteur de la tumeur. Cet indice nécessite des études supplémentaires en raison des résultats positifs.
Il existe un rapport officiel détaillé de l’expérience avec de nombreux graphiques et tableaux. (RAPPORT SUR LES TRAVAUX DE RECHERCHE SCIENTIFIQUE sur le thème : « Caractéristiques comparatives des indices du plasma sanguin et de la tumeur expérimentale dans le corps des animaux – porteurs de tumeurs avec différentes localisations dans les zones de « Biotron »)
Responsable de l’exécution de l’expérience – Chef du secteur de biochimie fonctionnelle de l’ITEB RAS Margarita Mikhailovna Potselueva.

 

Brevets

En utilisant le biotron de Jiang comme contrepartie pour les dispositifs de transmission d’un rayonnement électromagnétique focalisé (concentré) d’une source à un objet, l’auteur a reçu des brevets dans 58 pays comptant plus de 5 milliards d’habitants. Une liste des brevets reçus figure dans la liste des références [9].

CONCLUSION

La technologie de prolongation de la vie active et de rajeunissement au moyen de l’exposition à des rayonnements électromagnétiques focalisés (concentrés) de jeunes organismes à des organismes âgés n’est pas radicale. En l’utilisant régulièrement, il est réaliste de prolonger l’espérance de vie moyenne de 10 à 20 ans en diagnostiquant périodiquement les maladies chroniques, ce qui augmente considérablement la probabilité de vivre plus de 100 ans.

Aucune technologie anti-âge complète n’est actuellement disponible dans le monde, et rien de radical n’est prévu dans les prochaines années. Les scientifiques prévoient que dans 20 à 30 ans, une technologie radicale de prolongation de la vie pourrait apparaître. Cependant, nous ne l’avons pas encore vue. La technologie décrite ci-dessus pourrait y contribuer. L’utilisation de la technologie décrite ci-dessus est abordable, même pour la plupart des retraités.

L’auteur espère et encourage la coopération des organisations scientifiques pour des expériences indépendantes avec les biotrons.

CONCLUSIONS

1) Les expériences décrites ci-dessus montrent clairement où il faut chercher les vecteurs de l’influence des jeunes organismes sur les anciens. Il semble que la seule bonne méthode consiste à concentrer efficacement le rayonnement électromagnétique des jeunes organismes sur les anciens.

2) La différence entre nos expériences à effet positif et les résultats des chercheurs précédents réside dans la focalisation efficace d’un très faible rayonnement électromagnétique provenant d’objets vivants jeunes et de son effet sur les objets plus âgés. Seule une sphère ou un cylindre permet une concentration aussi puissante.

  1. l’aberration sphérique dans les « Biotrons » est un AVANTAGE car elle permet la formation d’une zone focale volumétrique.
  2. Les résultats de 3 expériences avec des souris dans le Biotron ECOM ont montré qu’un effet significatif est observé UNIQUEMENT dans la ZONE FOCALE.

Littérature :

[1] Van Wijk R. Bio-photons et bio-communication ], Journal of Scientific Exploration, 2001, 15(2) : 183-97

[2] Fritz Albert Popp, Ke-hsueh Li, Qiao Gu. Recent Advances in Biophoton Research and Its Applications (Progrès récents dans la recherche sur les biophotons et ses applications). World Scientific, 1992, ISBN 9-8102-0855-3.

[3] Gurwitsch A.G. Das Problem der Zellteilung, Berlin, 1926.

[4] A.V. Burlakov. Distant Optical Interactions Between the Developing Fish Embryos. Conférence sur les biophotons, 1999, Institut international de biophysique.

[5] Biophotons. Jiin-Ju Chang, Joachim Fisch, Fritz Albert Popp, Springer, Londres, 1998, ISBN 0-7923-5082-0, en particulier L.Bei, T-H.Hu, X.Shen. Experimental Examination on the Possible Optical Interaction Between two Separate Cell Populations, pp.57-64)

[6] Zakharov Yu.A., Brevet RU 97636, 2009.

[7] B.S. Kotov et Yu.V. Gavinsky, brevet RU 2108028 C1. 1996.

[8] Jiang Kangzhen Yu.V, brevet RU 2057808. 1991.

[9] Komrakov E.V. Brevet RU 2533058, US 8809816, JP 5660342, KR 10-1450427, AU 2012268795, RU 2533058, SG 195446, CA 2815865, MY-156685-A, EP 2665127 (38 pays), IS 225038, IDP000040694, MX 328336, UA 114280, CL 544. 547, VN 19011, CH 103427167 B, MC J/003693, IN 343249, 2012.

[10] Komrakov E.V., Zinoviev S.V., Chernenko P.P., Prokhorov L.Y., Glybin A.V. The effect of Big and Small Biotron ECOM on the lifespan of c57bl mice and nematodes Caenorhabditis elegans and on cell culture and seed germination (L’effet du grand et du petit Biotron ECOM sur la durée de vie des souris c57bl et des nématodes Caenorhabditis elegans et sur la culture cellulaire et la germination des graines). Dep. in VINITI 05.03.2020, no. 14-B2020. Uk. no. 2.2020. Moscou, 2020. 62 с. DOI:10.36535/0202-6120-2020-02-14-2020

[11] Komrakov E. V., Prokhorov L. Yu. P., Gorbunov I. I. Étude expérimentale des BIOTRONS EKOM, qui produisent un effet à distance de certains objets biologiques sur d’autres. Moscou. 2021. 66 p. DOI :

Remerciements :

L’auteur remercie Albert Ivanovich Krashenyuk, M.D., Professeur, Académicien de l’Académie européenne des sciences naturelles, Scientifique honoraire de l’Europe pour ses précieux conseils dans la préparation de cet article.

Evgeny Vyacheslavovich Komrakov.

ekomrakov@mail.ru

www.lifextron.com

biocamera.rf