février 26, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

SCIENCE MEDIOCRE

Grand docteur en philosophie, docteur en sciences philologiques, professeur, académicien A.N. Iesuitov

« La pauvre Liza est le titre d’une histoire de N. M. Karamzin, le pauvre Yorick est le titre de Hamlet dans la tragédie de Shakespeare. Le pauvre chevalier vivait dans le monde », dit A. S. Pouchkine, et « Les pauvres gens » de F. M. Dostoïevski. On pourrait multiplier les exemples de ce type. Comme on le voit, le mot « pauvre » est ambigu et le phénomène et le concept qu’il désigne n’est pas réductible à « pauvre », c’est-à-dire ni riche, ni pauvre.

Etymologiquement, le mot « pauvre » est polysémique et multifonctionnel. Il signifie : ne pas disposer de moyens suffisants pour une existence et un développement normaux ; ne pas être suffisamment pourvu de tout ce qui est nécessaire à une existence et un développement normaux ; ne pas être riche de son contenu, de sa pensée, de son idéal ; susciter la sympathie par sa position humiliée.

Tout cela s’applique en principe et dans toute la mesure du possible à la science, en particulier à l’état de la science dans la Fédération de Russie. Il convient de noter que le mot « russe » n’est pas identique au mot « russe ». Le terme « russe » est plus large et plus ambigu que le terme « russe » en ce qui concerne la science. Nous nous référerons à la science officielle de l’État russe dans la Fédération de Russie. Il existe et se développe une science russe qui n’est pas gérée par l’autorité au sein de la Fédération de Russie et une science russe libre en dehors de la Fédération de Russie. C’est un fait indiscutable. Nous allons parler de la situation réelle de la science officielle russe dans la Fédération de Russie.

Nous utilisons la désignation FR (Fédération de Russie) plutôt que le terme Russie. Historiquement et géographiquement, la Russie comprenait les pays baltes, l’Ukraine, le Belarus, le Caucase, l’Asie centrale, le Royaume de Pologne et la Principauté de Finlande. La Russie moderne est aujourd’hui dépourvue de tout cela. En fait, ce qui reste de la Russie sur le plan géographique est la République socialiste fédérative soviétique de Russie, sous une forme quelque peu tronquée. Il s’agit aujourd’hui de la Fédération de Russie (FR), et non de la Russie au sens strict. Tout notre raisonnement est basé sur la réalité historique, et surtout sur la réalité contemporaine.

La Fédération de Russie a l’intention de devenir un empire. Les mots du poète me reviennent à l’esprit : « Hé, hé, l’intention est bonne, mais l’exécution est mauvaise ». Nous verrons bien.

Donc, « Science médiocre ». Qu’est-ce qui permet réellement de qualifier la science de « pauvre » ? Et de quel type de science s’agit-il ?

C’est l’État officiel russe. Dans la Fédération de Russie, la science est manifestement insuffisamment financée par le budget, par rapport à d’autres pays, ce qui ne peut qu’avoir une influence négative sur sa situation et sa position au sein de l’État. La science n’est mentionnée que de temps en temps dans les documents et discours officiels, et souvent elle n’est pas mentionnée du tout. Apparemment, on ne sait pas très bien ce que c’est.

D’ailleurs, la science fondamentale ne nécessite pas d’investissements financiers aussi importants. En même temps, des investissements financiers importants dans la science ne garantissent pas qu’elle soit fondamentale.

En fait, les découvertes vraiment fondamentales se sont avérées « gratuites » : Mendeleïev, Tsiolkovsky, Roentgen, Fleming, etc. En science, ce qui compte, c’est la tête du scientifique, pas les moyens financiers qui lui sont alloués et qu’il utilise d’une manière ou d’une autre. Il est nécessaire de financer l’introduction des résultats de la science dans la pratique et leur mise en œuvre effective. Cela a en effet un coût par rapport à la découverte scientifique elle-même. Malheureusement, les banques limitent délibérément le financement de la science.

La science russe souffre d’une offre insuffisante et d’une pénurie d’équipements modernes et de médicaments de pointe. Cela a été officiellement reconnu. Les équipements spéciaux, qu’ils soient russes ou étrangers, coûtent cher.

En effet, il y a peu d’idées nouvelles dans la science russe moderne et pratiquement pas d’idées fondamentales. Pour sortir de cette situation, on déclare fondamental ce qui ne l’est pas. Le plus souvent, il s’agit d’un raffinement et d’un renouvellement de ce qui existe déjà dans la science. Le fondamentalisme implique une vision fondamentalement nouvelle des premiers phénomènes découverts et des phénomènes existants, ainsi que leur explication à partir d’un point de vue fondamentalement nouveau. Une telle vision et une telle explication sont proposées et étayées par la philosophie de l’interaction (bialisme).

La position du scientifique russe contemporain n’est pas une position de bien-être, de priorité financière et de recherche. Cela suscite la sympathie du public.

Il est révélateur de constater qu’il y a des scientifiques qui sont « à eux » pour les autorités, d’autres qui le sont moins et d’autres encore qui ne sont pas du tout « à eux ». D’où la différence de mesure de leur soutien administratif et financier. Tout récemment, de jeunes scientifiques « pour leur fidélité à la science » ont reçu un prix de 40 000 roubles chacun. Le montant total des prix s’élevait à 5 millions de roubles. Dans le même temps, d’autres jeunes scientifiques ont reçu des prix de 5 millions de roubles chacun pour leurs innovations scientifiques. Quatorze jeunes scientifiques ont reçu le prix « Fidélité à la science » et cinq jeunes scientifiques ont reçu le prix « Innovation dans la science ». La comparaison des prix est éloquente. Cependant, le niveau et l’importance des « découvertes » de ces jeunes scientifiques et d’autres étaient essentiellement les mêmes. Telle est la réalité russe de la justice scientifique. La hiérarchie des prix a joué un rôle décisif. Les commentaires sont superflus.

Lors de l’attribution du prix « Pour la fidélité à la science », une nomination originale a été proposée… « la science est à la mode ». Rendre la science « à la mode » est en effet presque une découverte scientifique fondamentale. La « science » est déclarée être un « art ». Dans le même temps, la déclaration du célèbre pédagogue K.D. Ushinsky fait autorité : « La pédagogie n’est pas une science, c’est un art ». Il s’avère que l’art et la science ne sont pas la même chose. Ceux qui sont « fidèles à la science » devraient s’en rendre compte.

Des titres spéciaux sont également créés : « directeur scientifique », « photographe scientifique » et « journaliste scientifique ». Tout cela n’est rien d’autre que la profanation et le discrédit de la vraie science et de l’activité scientifique, de son sens et de sa finalité.

La vulgarisation de la science est, et devient, la principale sphère de l’activité scientifique. La vulgarisation, c’est l’accessibilité au public, la compréhensibilité. Car la science n’est pas du tout une loi. On sait que, de l’aveu même d’Einstein, il n’a pas vraiment compris sa « théorie de la relativité ». Il en va de même pour la science fondamentale. Les découvertes fondamentales s’avèrent trop compliquées dans leur expression.

Un certain nombre de moyens sont proposés pour l' »essor de la science ». Qu’est-ce qui est proposé exactement ?

On affirme fièrement qu' »un tiers des appareils achetés par les scientifiques sont produits dans le pays », mais deux tiers des appareils doivent être achetés à l’étranger. Cela est considéré comme sans importance pour le développement de la science. Des figures prometteuses et potentielles dans leur propre avenir sont suggérées. Pour l’instant, l’achat à l’étranger est indispensable, ce qui nécessite des ressources financières considérables. Celles-ci doivent être trouvées dans l’intérêt de la science et pas seulement de la science.

La question des avantages de la science pour l’homme est abordée d’une manière particulière. L’argument avancé est qu’avant de mettre en œuvre des projets scientifiques, il est nécessaire de créer divers équipements pour leurs exécutants : cafés, clubs de remise en forme, terrains de sport. En soi, ces installations profitent déjà aux citoyens, et l’on peut donc s’attendre à ce qu’ils profitent à l’avenir de la mise en œuvre des projets scientifiques nationaux. Le confort de vie des scientifiques, comme le montre l’histoire de la science mondiale, n’a jamais généré mécaniquement des découvertes scientifiques utiles aux populations. Un sage proverbe existe, non sans raison : « un ventre bien nourri est sourd à l’apprentissage ». En principe, cela s’applique également à la science.

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’idée d’une compétition est aujourd’hui proposée au sein de l’État russe et de la science officielle en Russie. Une compétition entre régions est proposée : qui produira plus et plus vite des candidats et des docteurs en sciences sur son territoire. Il s’agit d’un cas où la quantité ne se traduit pas par la qualité. Les diplômes de doctorat ne sont désormais reconnus qu’en Russie. Dans aucun autre pays, y compris les anciennes républiques soviétiques, ils ne sont considérés comme valables, et leurs titulaires n’améliorent pas leur situation académique et financière dans la Fédération de Russie. Naturellement, cela n’incite guère les titulaires de ces diplômes à être actifs dans la recherche. Cette situation est en grande partie responsable de l’émigration massive de jeunes scientifiques, et pas seulement de jeunes. Si, dans la Fédération de Russie, un étudiant diplômé peut obtenir une allocation de 5 000 roubles par mois, un doctorant à l’étranger reçoit au moins 5 000 roubles par semaine. Tirez-en vos propres conclusions, et pas seulement pour les doctorants.

Depuis que la Fédération de Russie a abandonné le « système d’éducation de Bologne », qui lui avait été fortement imposé par les autorités et que ceux qui n’acceptaient pas ce système ont été licenciés, les diplômes d’enseignement supérieur des universités de la Fédération de Russie ont perdu toute reconnaissance internationale. Il est peu probable que cela profite à la science russe dans la Fédération de Russie, en particulier à la science des jeunes.

Un phénomène aussi original que le « volontariat scientifique » prend également de l’ampleur. Il s’agit de la « participation de non-professionnels à des activités scientifiques, à la conduite d’expériences ». Ce phénomène peut être comparé à la participation de non-athlètes à des événements sportifs. Dans les deux cas, le résultat réel est évident. De plus, la réalisation d’expériences par des « non-professionnels » peut être dangereuse pour eux et leur entourage.

De plus, les écoliers et les enfants en général sont également impliqués dans des activités scientifiques. Cela peut aller jusqu’aux jardins d’enfants. Les organisateurs de l' »Ascension de la science » évoquée plus haut semblent être eux-mêmes tombés dans une sorte d’infantilisme. C’est aussi le cas de la science.

En un mot, il est temps que la Science pauvre, dans son propre intérêt matériel et spirituel et dans l’intérêt matériel et spirituel de ceux à qui elle est destinée, sorte de la « pauvreté », matérielle et spirituelle. Le temps presse.

Lisa, Yorick, le chevalier et les « pauvres gens », qu’ils restent étymologiquement « pauvres ». C’est ce qui les rend immortels, intolérants à toute violence, matérielle et spirituelle.