avril 20, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

L’ irréellepolitique (Unrealpolitik) de l’Ouest signifie que le rouble est désormais une devise de premier plan dans le secteur de l’énergie

L’ irréellepolitique (Unrealpolitik) de l’Ouest signifie que le rouble est désormais une devise de premier plan dans le secteur de l’énergie

Dr. Meguerditch Bouldoukian, PhD

Depuis la fin de la guerre froide, les gouvernements occidentaux sont entrés en concurrence pour réduire leur « empreinte carbone », visant ainsi une supériorité morale.

En d’autre terme, cela signifie qu’ils reçoivent leur pouvoir, directement ou indirectement, de leur vieil ennemi connu tout simplement aujourd’hui sous le nom de la Russie.

L’Allemagne en est l’exemple le plus évident dans ce contexte.

En agissant ainsi, ces nations occidentales ont enrichi la Russie et de ce fait,  financé  la guerre, l’amenant à croire qu’elle était nettement intouchable et qu’elle pouvait envahir l’Ukraine en toute impunité.

A présent, la Russie ne cache plus son ambition ancienne et sous-jacente ; elle utilise son statut relativement récent de principale ressource énergétique mondiale, afin que sa monnaie, le rouble, remplace le dollar, dans le système mondial et soit, monnaie de réserve.

Cette incursion, dès le début, dans sa phase exploratoire, fait réagir l’occident qui l’exclut du système de SWIFT.

L’accès au pétrole et au gaz russes n’était alors facilement accessible qu’aux acheteurs désireux de régler le prix en devises autres que le dollar américain, idéalement en or.

En insistant sur ce point, la Russie a fissuré un des grands piliers économiques mondiaux de notre époque, à savoir le système qui considère le dollar américain comme monnaie de réserve.

Or, la Russie à elle seule n’a tout simplement pas le poids nécessaire pour poursuivre cela, même après son émancipation par l’Occident en tant qu’État pétrolier.

Mais en s’associant avec le Yuan, la possibilité de devenir une monnaie de réserve se transforme désormais en réalité.

Le Général Charles de Gaulle et le Libyen Mouammar Qadzafi ont à plusieurs reprises contesté le système monétaire du pétrodollar mais à plus petite échelle et sans succès.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont adopté une politique étrangère visant à éloigner la Chine de la Russie afin d’empêcher les deux pays travaillant en harmonie, de défier le système bancaire international et son réseau sous-jacent de banques correspondantes.

Il est à noter que le pétrodollar du système eurodollar fut créé à la fin des années 50 et des années 60 du siècle dernier.

À cette époque, les pays du bloc d’Europe de l’Est, y compris l’ancienne URSS, voulaient que leurs dépôts en dollars américains à l’extérieur des États-Unis rapportent de meilleurs taux d’intérêt que ceux offerts par les banques correspondantes Américaines de New York en Europe.

Les succursales européennes et étrangères des banques américaines ont répondu  à la demande énorme pour leurs services.

De 1964 à 1969, la taille estimée du marché de l’eurodollar est passée d’environ 70 milliards de dollars à 270 milliards de dollars, Londres étant le principal centre de ce nouveau marché dirigé par le département European Currency Unit (ECU) de la Bank of America à Londres.

Moscow Narodny Bank établie à Londres en 1919 a ouvert des succursales à Beyrouth et à Singapour et quelques banques du consortiums pro-Europe de l’Est, ont été établies sur ce nouveau marché dans de nombreuses capitales européennes.

Des empires ont utilisé leurs monnaies comme système de paiement international : par exemple, la livre sterling était utilisée pendant des siècles, jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale et la perte de l’Inde en 1940 et de la Palestine en 1948.

Après l’accord de Bretton Woods en 1945, le dollar américain est devenu légalement la monnaie mondiale pour les paiements internationaux.

Quelques-uns d’entre nous se souviennent encore de la « pénurie de dollars américains » (U.S. Dollar shortage) après la Seconde Guerre mondiale et du besoin de dollar pour reconstruire l’Europe détruite par la guerre et du plan Marshall pour financer cette reconstruction.

La zone du franc dans les colonies françaises en Afrique et la zone rouble sous le communisme en Union Soviétique sont devenues des systèmes de paiement régionaux mais n’ont en aucun cas remis en cause la prééminence du dollar américain.

La question se porte maintenant sur la possibilité d’une ascension commune du yuan et du rouble.

Une telle combinaison peut-elle remplacer le dollar américain dans le système de paiements internationaux et est-ce-que le dollar américain restera dominant dans le monde ?

Pour pouvoir jouer le rôle d’une monnaie internationale dans un contexte plus large, une monnaie doit être utilisée :

  • Pour le règlement des transactions commerciales internationales, quelque soit la marchandise, dure ou souple (Soft and hard commodities).
  • Pour les transactions financières et les emprunts à court et à long terme d’une part et pour les investissements et les épargnes d’autre part ;
  • En tant que monnaie de réserve par les banques centrales et autres institutions financières internationales ;
  • Ou qu’elle soit la monnaie d’un État puissant aux niveaux géopolitique et géo économique.

Il est indéniablement vrai qu’à travers l’histoire, l’or a joué ce rôle. Cependant, la monnaie de réserve acquiert son caractère international grâce aux caractéristiques de l’État-nation qui la sous-tend.

De même, la puissance militaire ainsi qu’une économie hautement industrialisée se sont développées et intégrées dans les marchés financiers et les ressources abondantes.

En d’autres termes, il faut que le pays qui sous-tend cette monnaie soit un pays résistant à des déficits budgétaires et de balance des paiements pendant une durée indéterminée tout en conservant la confiance relative des investisseurs internationaux et de ses partenaires commerciaux.

Considérons séparément les monnaies russe et chinoise en gardant à l’esprit que dans ce contexte il est précoce de parler de rouble et de yuan alors que le dollar américain reste la monnaie dominante dans le monde.

Les États-Unis, la Russie et la Chine possèdent la puissance militaire.

Mais la Russie n’a pas à l’heure actuelle une puissance économique hautement industrialisée comme la Chine ou les États-Unis.

Avant les années1990, l’Union Soviétique était considérée comme une économie performante, avancée industriellement, telle que définie par Walt W. Rostow dans son livre intitulé « Les étapes de la croissance économique » (Stages of Economic Growth).

Après sa chute en 1990, son économie a pris du retard dans ses performances comparée à l’économie chinoise qui, depuis les années 80 du siècle dernier, a suivi les réformes de Deng Xiaoping.

En fait, les dirigeants du politbureau Soviétique considéraient dans les années 80 le parcours de Deng Xiaoping avec doute et suspicion.

La Perestroïka et la Glasnost sont venues tard. Après avoir accédé à la présidence, le président Vladimir Poutine a rapidement positionné la Russie comme une puissance militaire égale aux États-Unis ;

Pourtant, la performance économique de la Russie n’a pas égalé la performance économique de la Chine au cours des 32 dernières années.

Les réformes économiques de la Russie ont commencé au début des années 1990 et ont été inspirées par le modèle de réglementation des titres qui a débuté aux États-Unis, mais en termes pratiques, celles-ci étaient découplées du modèle américain actuel.

C’est alors que l’économie russe a commencé à dépendre fortement des exportations de combustibles fossiles, dont les prix déterminaient la valeur de tout le reste en Russie.

Cette dépendance excessive des exportations de combustibles fossiles a toujours été dangereuse. Mais comme nous l’avons vu, la naïveté de l’Occident a beaucoup joué en faveur de la Russie et continue de le faire à ce jour.

Il ne fait sans doute que la capacité de la Russie à tirer tous les avantages de l’aveuglement de l’Occident, son l’irréellepolitique (Unrealpolitik), a permis au rouble de devenir désormais une monnaie de premier plan dans le commerce mondial de l’énergie. Toutefois, le dollar américain reste la monnaie dominante pour 59% des échanges, l’euro pour 21% et le yuan pour 2,9%.

Meguerditch Bouldoukian

boulmeg@gmail.com