juillet 15, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

PODCAST – À propos de la douleur

Par le Professeur Grégoire JAUVAIS, M D., ScD, Ph D.

Il n’y a que les morts qui ne souffrent plus.

La douleur est un cri d’alarme, une ré-action normale, naturelle, d’un organisme vivant qui a un caillou dans sa chaussure, un cri d’alarme qui dit à son propriétaire qu’il est temps de se corriger mentalement et comportementalement.

Tant qu’on n’enlève pas le caillou de la chaussure, le pied souffre. Et, ce caillou, ce sont les substances étrangères toxiques accumulées dans l’organisme par suite de nos fautes existentielles (penser à l’envers, manger-boire à l’envers, vivre à l’envers, à l’envers de la loi vitale de symétrie, de propreté intérieure, qui régit tous nos processus vitaux).

Donc, pour supprimer une douleur (qui est un effet) il faut supprimer sa cause ; c’est logique, et la supprimer le plus naturellement possible, sans nuire, c’est-à-dire sans affaiblir la force vitale homéostasique (restauratrice, régénérative, épurative, auto-guérisseuse…).

Or, en règle générale, l’Allopathie tente de supprimer la douleur à l’aide de substances plus ou moins toxiques, du nom de « médicaments », comme les antalgiques, les anti-inflammatoires, par exemple, alors que les douleurs et les inflammations sont une ré-action normale de l’organisme contre la cause de la douleur ou l’inflammation.

Supprimer, artificiellement, la douleur à l’aide d’un anti-douleur chimique, c’est couper le circuit électrique d’une sirène qui hurle parce qu’il y a le feu dans la maison, et c’est laisser le feu continuer à tout brûler.

On ne doit jamais supprimer totalement une douleur, qui n’est qu’un cri d’alarme. On peut la réduire un peulorsqu’elle empêche vraiment de dormir et, donc, de récupérer de la force vitale auto-défensive, restauratrice, réparatrice…

Pour supprimer la douleur, les allopathes, dans certains hôpitaux, appliquent des techniques naturopathiques, telles que l’hétéro- et l’auto-hypnose, les manipulations ostéopathiques, la culture physique, etc., ceci sous le couvert de médecine complémentaire.

On ne peut que se réjouir de cette évolution des esprits. Malheureusement, ils les appliquent sans supprimer la cause profonde, intrinsèque, de la douleur, c’est-à-dire sans vidanger, simultanément, le couple foie-intestin mental et le couple foie-intestin physique, dont l’intoxication est la vraie cause profonde de la douleur.

Or, l’hétéro- et l’auto-hypnose ne guérissent rien ni personne. Elles sont à l’acte mental ce que l’anesthésie est à l’acte chirurgical : une simple mise en condition opératoire.

C’est le verbe positif (ortho-psycho-thérapie) appliqué sous hétéro-hypnose ou sous auto-hypnose qui programme à l’endroit le Sub-Conscient ré-actionnel, concrétiseur, s’exprimant, essentiellement, à travers le système neuro-végétatif et hormonal est les liquides humoraux physiologiques (sang + lymphe + fluides lacunaires), ce qui libère, conséquemment, la force vitale homéostasique, donc les éliminations salvatrices, l’épuration des liquides humoraux physiologiques.

Il en est de même des manipulations manuelles, des exercices physiques physiologiques (en fait psycho-biologiques).

Comprendre cela n’est pas sorcier.

Le mal mental (le sentiment négatif) ne peut être supprimé que si on le remplace par le bien mental (le sentiment positif). En fait, on ne remplace pas un sentiment. On le transforme en son contraire.

Au lieu de fixer ses yeux intérieurs sur la maladie (le mal-être), on les fixe sur la santé (le bien-être).

C’est ça transformer le négatif en positif, le plomb en or, l’eau en vin, la maladie en santé…

Donc cesser de se plaindre, de gémir, attitude qui lasse l’entourage, et qui re-programme à l’envers (pathologiquement) le Sub-Conscient ré-actionnel qui somatise tous nos sentiments.

Mais, en même temps, il faut agit naturellement sur le biologique (le soma) à l’aide de purgatifs naturels, de monodiètes aux fruits juteux crus, pelés, et/ou aux légumes crus (non farineux) et frais, etc., substances (agro-biologiques, de préférence) qui aident à vidanger le foie, la vésicule biliaire et l’intestin, sans laquelle vidange, la pourriture intestinale, toxinogène et toxicogène, consécutive aux stases fécales, notamment, continue à entretenir la cause physique des inflammations et, donc, de la souffrance.

La correction doit être holistique, à la fois mentale et physique. C’est ce que réalise la vraie Naturopathie ortho-psycho-biologique, qui est la vraie médecine de santé, médecine que l’on devrait, toujours, appliquer en 1èreintention, avant toute médication chimique (allopathique), dont la toxicité, plus ou moins iatrogénique, affaiblit la force vitale homéostasique, auto-guérisseuse.

Logiquement et ortho-psycho-biologiquement, toute médication ne devrait être prescrite qu’exceptionnellement, qu’en cas d’urgence, de décompensation, de détresse…

Pour l’Allopathie, la Naturopathie, telle qu’elle la conçoit, est une médecine complémentaire de sa médecine.

Pour le naturopathe, l’Allopathie, surtout médicamenteuse, est une médecine complémentaire de sa médecine, une béquille momentanée, qui ne se justifie que dans les cas d’urgence et les situations exceptionnelles, uniquement lorsque le malade décompense, que sa force vitale est épuisée, défaillante, n’est plus ré-active (à l’exemple d’une auto-mobile qui tombe en panne parce que son réservoir d’essence est complètement vidé).

© Copyright by G. JAUVAIS 2024.

En coopération avec l’Université Internationale d’Etudes Fondamentales de Vilnius (Lituanie), le Professeur Grégoire JAUVAIS forme des Hygiénistes-Vitalistes et des Médecins de Santé. Il s’agit-là de deux professions humanistes, passionantes, indispensables, de nos jours, à cause de l’augmentation constante du nombre de malades en tout genre et surtout de cancéreux, notamment.

L’Hygiéniste-Vitaliste est un Coach en Hygiène de Vie, spécialisé dans la prévention naturelle ortho-psycho-biologique ; et le Médecin de Santé est un praticien spécialisé dans la curation naturelle ortho-psycho-biologique.

Renseignez-vous auprès de ladite Université ou de la direction de cette revue.