mai 28, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

EXPLORER LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE L’INFERTILITÉ

Kovalenko N.P. – Docteur en sciences pédagogiques, professeur à la IUFS -MUFO,
Doyen de l’Institut des sciences humaines de la Baltique, Président de l’ARPPM.

Darmograi N.V. – Docteur en sciences médicales, membre honoraire de l’Association pour le développement de la psychologie et de la médecine périnatales (ARPPM), président de l’ARPPM.
périnatale (ARPPM), professeur au IUFS – MUFO.


Naku E.A. – Docteur en psychologie, représentant régional de l’ARPPM.
représentant régional de l’ARPPM

RECHERCHE SUR LES ASPECTS PSYCHOLOGIQUES DE L’INFERTILITÉ

L’infertilité est aujourd’hui considérée comme un syndrome commun impliquant des causes psychologiques et physiologiques. De nombreux couples estiment que le traitement de l’infertilité constitue une contrainte psychologique majeure et que le système de santé ne fait pas grand-chose pour atténuer ce stress psychologique. Environ la moitié des femmes qui suivent un traitement contre la stérilité considèrent que l’infertilité est l’expérience la plus stressante de leur vie, contre 15 % des hommes qui suivent le même traitement.

Cette constatation est corroborée par une enquête internationale menée auprès de femmes en attente d’un traitement par FIV. Elle a montré que ces femmes présentaient des symptômes dépressifs quatre fois plus élevés que les femmes d’un groupe témoin n’ayant pas de problèmes de fertilité. En outre, leurs scores en matière d’attractivité personnelle, d’anxiété, de mémoire et de concentration étaient également moins bons que ceux du groupe de contrôle. Ils ont également constaté que les femmes infertiles présentaient un niveau de dépression deux fois plus élevé que le groupe de femmes témoins. En outre, ils ont constaté que les femmes infertiles depuis 2 ou 3 ans présentaient les niveaux de dépression les plus élevés par rapport à celles qui avaient connu des problèmes pendant moins d’un an ou plus de six ans. Cela montre qu’au départ, l’espoir d’une issue positive peut protéger les femmes contre les symptômes dépressifs, et qu’une longue histoire de traitement de l’infertilité peut ensuite accroître les symptômes dépressifs chez les femmes dont le traitement a échoué. Cependant, après 6 ans, les femmes s’habituent à leur statut et cela peut les protéger des symptômes dépressifs.

Les niveaux d’anxiété et de dépression observés chez les femmes infertiles sont comparables à ceux observés chez les femmes atteintes d’un cancer ou du syndrome de l’intestin irritable, mais inférieurs à ceux observés chez les femmes souffrant de syndromes de douleur chronique ou du VIH.

Voies neuro-immuno-endocrinologiques reliant les facteurs psychologiques à l’infertilité
Le domaine de la psychoneuroimmunologie explique en partie les mécanismes biologiques qui relient les facteurs psychologiques aux états physiologiques et à l’infertilité.

Deux grandes voies neuroendocrinologiques expriment les effets des facteurs psychologiques (par exemple, le stress, la dépression) sur le système reproducteur. L’axe hypophyso-surrénalien (axe HPA ou HGH) sécrète l’hormone de libération corticotrophique (CRH) à partir de l’hypothalamus, l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) à partir de l’hypophyse et le cortisol à partir du cortex surrénalien. L’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien est un ensemble complexe d’influences directes et d’interactions en retour entre trois composants : l’hypothalamus, l’hypophyse (une structure en forme de pois située sous le thalamus) et les glandes surrénales.

Ces organes et leurs interactions constituent le système hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS), dont la principale tâche neuroendocrinienne est de contrôler la réponse au stress et de réguler de nombreux processus corporels, notamment la digestion, le système immunitaire, l’humeur et les émotions, la sexualité, ainsi que les réserves et les dépenses d’énergie. C’est le mécanisme global d’interaction entre les glandes, les hormones et certaines parties du mésencéphale qui est à l’origine du syndrome d’adaptation global.

Le système sympathoadrénergique (SAM) est impliqué dans la sécrétion, induite par le stress, de norépinéphrine par le tronc cérébral et d’adrénaline par la médullosurrénale. Les dérivés de la proopiomélanocortine (POMC) provenant de l’hypophyse inhibent le contrôle hypothalamique du système gonadotrope. En outre, les glucocorticoïdes tels que le cortisol suppriment également la fonction de reproduction. Chez les femmes, l’excès de cortisol entraîne une augmentation des taux d’hormones sexuelles mâles (androgènes). Lorsque les androgènes sont élevés, l’ovulation est perturbée, ce qui peut entraîner un dysfonctionnement sexuel et reproductif, dont la conséquence est l’infertilité. Le stress et les modifications de l’axe HGH affectent l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique (HPG), ce qui se traduit par des modifications du comportement sexuel et des taux d’hormone lutéinisante (LH) et d’hormone de libération de l’hormone lutéinisante (LHRH). Le cortisol et les peptides dérivés de la proopiomélanocortine (POMC) et de l’hormone de libération corticotrophique (CRH) perturbent l’effet activateur des gonadotrophines sur la synthèse des stéroïdes sexuels, ce qui entraîne leur réduction. Ceci explique les effets inhibiteurs du système hypophyso-surrénalien sur l’axe hypothalamo-hypophyso-gonadique. Cet effet semble se manifester de manière particulièrement forte pendant le stress chronique que représente l’infertilité et est médié en partie par les hormones de stress dans le cerveau.

Une étude (Csemiczky et al.) a montré que les niveaux de cortisol étaient plus élevés tout au long du traitement chez les femmes infertiles que chez les femmes fertiles. Cependant, les taux de cortisol sérique mesurés au cours de l’étude ne permettaient pas de déterminer clairement le résultat du traitement de FIV de la patiente [12]. Une autre étude (Demyttenaere et al., 1992) a montré que le cortisol testé immédiatement avant la reconjugaison des ovocytes et le transfert d’embryons permettait de prédire l’issue de la FIV. La principale différence entre ces deux études est que la première a mesuré les niveaux de cortisol pendant la période initiale de « repos » et que la seconde les a mesurés dans le contexte de la procédure de FIV, qui peut être très stressante. Il se peut donc que le cortisol au repos ne soit pas important, mais que la réactivité au cortisol induite par le stress soit importante pour prédire les résultats en matière de fertilité.
Certains éléments indiquent que l’ocytocine est impliquée dans les liens entre le stress psychosocial et l’infertilité. On pense que l’ocytocine joue un rôle crucial dans la vie sociale. De nombreuses études montrent que l’ocytocine augmente sous l’effet des émotions positives et du contact physique (par exemple, les massages). Cette augmentation de l’ocytocine dans le sang est en corrélation avec l’absence de stress interpersonnel signalée par les femmes. En outre, l’ocytocine module le transport des spermatozoïdes dans les voies génitales féminines (Turner R.A., 1999).
Enfin, les effets négatifs du stress sur les gonades peuvent résulter en partie des effets de renforcement du stress et de l’anxiété élevée sur les niveaux sériques de facteur de nécrose tumorale (TNF) et sur l’activité des cellules tueuses naturelles (NK). Le TNF peut induire l’apoptose des cellules ovariennes. En outre, des niveaux élevés d’activité des cellules NK ont été observés à la fois dans les fausses couches récurrentes inexpliquées et chez les femmes souffrant d’infertilité idiopathique. Une méta-analyse des études qui ont évalué le rôle des cellules NK dans les résultats de la FIV n’a pas montré de différences significatives dans les taux de naissances vivantes chez les femmes présentant des niveaux élevés de cellules NK ou d’activité des cellules NK par rapport aux femmes ne présentant pas de niveaux élevés de cellules NK périphériques ou d’activité des cellules NK (Seshadri S., 2013).

Ainsi, les facteurs psychologiques tels que la dépression, les états d’anxiété induits par le stress et éventuellement les changements dans le rythme cardiaque et le cortisol sont des facteurs prédictifs de la diminution de la probabilité d’obtenir une grossesse viable avec divers traitements de l’infertilité.
Ces voies, ainsi que la recherche sur l’association entre les facteurs psychologiques et l’infertilité, fournissent une base scientifique pour tester les interventions psychophysiologiques visant à réguler ces réponses au stress. En outre, nous avons élucidé une image holistique de l’interaction entre le stress, les hormones de fertilité et les résultats en matière de fertilité.
Facteurs (sociaux, personnels, clinico-biologiques) affectant le bien-être psychologique des femmes pendant le traitement de l’infertilité par ART

Il est très important de prêter attention aux facteurs qui influencent le succès des techniques de procréation assistée (PPA). En intervenant de manière appropriée sur certains de ces facteurs, le taux de réussite peut être si élevé que les résultats de la FIV peuvent être améliorés de manière significative. Il existe de nombreuses preuves que les facteurs affectant l’état psychophysiologique des femmes peuvent influencer les résultats des techniques de procréation assistée. Les connaissances actuelles sur l’impact des effets combinés de plusieurs facteurs sur les résultats de la procréation médicalement assistée sont considérables. Il est nécessaire d’explorer les facteurs qui affectent le corps de la femme à la fois psychologiquement et physiologiquement pendant le traitement de la stérilité par FIV.

Différents facteurs affectent les femmes infertiles qui suivent un traitement de procréation assistée. Ces facteurs sont les suivants
1. Les facteurs sociaux
2. les facteurs personnels
3. Les facteurs cliniques et biologiques
Chacun de ces facteurs affecte l’état psycho-émotionnel et physiologique d’un couple infertile qui suit un traitement de procréation assistée. Des études montrent que le corps de la femme est beaucoup plus sollicité que celui de l’homme. En outre, 50 % des femmes infertiles considèrent l’infertilité comme le problème le plus difficile de leur vie, et le traitement de l’infertilité est donc un facteur de stress majeur dans leur vie. L’importance de la douleur résultant de l’infertilité, selon leur description, est équivalente à la douleur psychologique des patients souffrant de maladies mortelles telles que le cancer et les maladies cardiovasculaires (Karaca A., Unsal G., 2015).
Examinons de plus près chacun des facteurs.
Les facteurs sociaux
Il existe de nombreuses études sur la façon dont les facteurs sociaux affectent le bien-être psychologique des femmes infertiles qui suivent un traitement de procréation assistée. Il s’agit principalement de la pression exercée par les proches, les collègues de travail et les amis. Les problèmes de santé reproductive et le stress psycho-émotionnel qui y est associé ne sont pas seulement autodestructeurs et socio-destructeurs par nature, c’est-à-dire qu’ils détruisent le monde intérieur d’une personne (sa santé physique et mentale) et perturbent ses interactions interpersonnelles (intrafamiliales), mais ils sont également dans une relation déterministe les uns avec les autres.

L’infertilité n’est pas seulement un problème médical ou psychologique, mais aussi un problème social dû à l’incapacité de jouer l’un des rôles sociaux les plus importants, celui de parent. Le traitement de l’infertilité par FIV est une question très controversée du point de vue de la conscience sociale. Pour des raisons culturelles et sociales ainsi que des croyances religieuses, avoir des enfants est un facteur très important approuvé par la société (Karaca A., Unsal G., 2015). Malheureusement, un grand nombre de personnes désapprouvent le traitement de la fertilité par les techniques de procréation assistée, justifiant leur choix par une « conception non naturelle ». Cette opinion publique, contrairement à ses avantages à bien des égards, exacerbe le problème de l’infertilité. De nombreux couples refusent d’être traités pour infertilité à l’aide de la technologie moderne, simplement parce qu’ils craignent le jugement social (Adashi E.Y., 2000).

Pendant le traitement de l’infertilité à l’aide des techniques de procréation assistée, les femmes sont soumises à un stress énorme en raison de la stigmatisation sociale. L’expression « bébé-éprouvette » a une connotation négative, qui affecte certainement l’état psychologique et constitue un facteur négatif affectant le résultat du traitement de la stérilité.
L’Église conseille aux croyants orthodoxes confrontés au problème de l’infertilité de se rappeler qu’avoir des enfants est un objectif important, mais pas le seul, du mariage. Si un mari ou une femme ne parvient pas à concevoir un enfant et que les méthodes thérapeutiques et chirurgicales de traitement de l’infertilité ne l’aident pas, il est recommandé d’accepter le diagnostic ou d’adopter des enfants.
Le point de vue de l’Église sur l’insémination artificielle est ambigu et plus négatif. La FIV est autorisée du point de vue religieux si elle ne diffère pas fondamentalement de la conception naturelle. Cela signifie que la FIV est réalisée à partir des cellules du mari et de la femme, et non de donneurs, et que tous les embryons qui en résultent sont plantés dans la femme, et non congelés et détruits, car cela peut être assimilé à un meurtre (Tarabrin R., 2015). D’un point de vue médical, cette mesure est pratiquement impossible à mettre en œuvre, car l’infertilité peut être de nature différente et avoir des causes multiples.
L’anxiété acquise dans le corps d’une femme entraîne une production accrue de cortisol, l’hormone du stress, et une augmentation des cellules NK dans le sérum. Tous ces facteurs affectent les résultats du traitement ART (Tarabusi M, Volpe A, 2004).
Facteurs liés à la personnalité

La forte prévalence des troubles psychiatriques chez les femmes infertiles, ainsi que le rôle significatif des interventions psychologiques dans l’augmentation des chances de succès du traitement et de la grossesse chez les femmes infertiles, appellent plus que jamais à prêter attention aux conséquences personnelles de l’infertilité qui affectent le patient pendant le traitement (Frederiksen Y, Farver-Vestergaard I. 2015).
Les femmes infertiles se caractérisent par une labilité émotionnelle, des pensées intrusives, un sentiment de culpabilité, une rationalisation des événements et une rudesse des émotions, qui reflètent la durée de l’incertitude de la vie. On peut noter que les femmes infertiles sont plus souvent caractérisées par des manifestations de personnalité telles que la suppression des émotions, le refus de communiquer sur leurs problèmes par peur d’être mal comprises ou inadéquates dans la perception des autres. L’état émotionnel le plus courant est la honte, le chagrin, la tristesse et la nostalgie, contrairement aux patientes qui n’ont pas de problèmes de reproduction. Pendant le traitement, les femmes infertiles peuvent éprouver de la honte pour de nombreuses raisons : devant les autres à cause de leur maladie, devant leurs parents et leurs conjoints à cause de leur incapacité à porter et à donner naissance à un enfant en bonne santé, et devant elles-mêmes à cause de leur maladie.
Les patients diagnostiqués infertiles en cours de traitement expriment également un niveau significatif d’attitude critique envers eux-mêmes, une faible acceptation de soi, une faible estime de soi, un faible niveau de confiance dans leurs sentiments, leurs émotions et leurs pensées. Cela affecte certainement les résultats du traitement par FIV. Souvent, ces femmes ont presque perdu la capacité de ressentir du plaisir dans la vie, ont un niveau réduit d’autodétermination dans la vie. Les patientes montrent une diminution, une dévaluation de l’interaction sociale, une perte d’intérêt professionnel. Contrairement aux femmes en bonne santé, les femmes infertiles n’ont pas assez de force pour développer des relations conjugales. Souvent, elles présentent des difficultés au niveau domestique et intime-personnel, la femme elle-même éprouvant un autre sentiment de culpabilité face à son conjoint, car elle pense qu’elle doit maintenir et développer des relations conjugales (Omani-Samani R, Maroufizadeh S., 2018).

Souvent, une grande partie de la vie de ces femmes est consacrée à l’attente d’une issue favorable de la grossesse ou à la recherche d’un traitement alternatif. Ainsi, la situation d’attente constante, de tension et d’incertitude a un impact négatif sur le comportement, l’interaction sociale, l’état émotionnel et la personnalité de la femme, ce qui a des conséquences au niveau physiologique de l’organisme et peut affecter le résultat du traitement de l’infertilité par ART.

Facteurs cliniques et biologiques
Les traitements de fertilité sont généralement très sûrs, mais toutes les procédures médicales comportent un certain risque d’effets secondaires potentiels. Les effets secondaires de la FIV peuvent inclure des réactions aux hormones de fertilité prises pendant la préparation du prélèvement d’ovules. Il existe également un faible risque de complications rares au cours des procédures de prélèvement d’ovules et de transfert d’embryons. Ces facteurs cliniques et biologiques affectent le bien-être psychologique et physique du corps d’une femme. Examinons ensuite les facteurs clinico-biologiques (Bunting L, Tsibulsky I, 2013 ; Maroufizadeh S, 2019).

– Douleurs ou hématomes dus aux injections
Lors de l’induction de l’ovulation dans le cadre d’une FIV, des médicaments de fertilité injectables sont utilisés pour stimuler les ovaires afin qu’ils produisent plusieurs ovules. Il arrive que les femmes ressentent des douleurs, des ecchymoses ou des douleurs au niveau des sites d’injection.
– Nausées
Les nausées constituent un autre effet secondaire physique de la FIV. Certaines femmes souffrent également de vomissements, mais cela est moins fréquent.
– Douleurs au niveau des seins
Les douleurs mammaires sont souvent un effet secondaire des médicaments de fertilité. Elle est similaire à la sensibilité que certaines femmes ressentent avant ou pendant leur cycle menstruel.
– Ballonnement abdominal
Il s’agit d’un autre effet secondaire que de nombreuses femmes connaissent pendant leur cycle menstruel. Cela est dû au fait que les hormones utilisées pour stimuler le développement des ovules sont les mêmes que celles utilisées pendant les règles normales, mais elles sont présentes en plus grande quantité pendant les traitements de fertilité, ce qui provoque un ballonnement abdominal.
– Bouffées de chaleur
Certaines femmes rapportent que les traitements hormonaux de fertilité provoquent des bouffées de chaleur.
– Sautes d’humeur
Les médicaments hormonaux peuvent provoquer des changements émotionnels tels que des sautes d’humeur. L’irritabilité, l’anxiété ou un sentiment général de dépression peuvent survenir lors de la prise de médicaments de fertilité.
– Fatigue
La fatigue peut être un effet secondaire de la FIV. Elle peut être due à des changements hormonaux provoqués par la prise de médicaments de fertilité. D’autres symptômes physiques, tels que les bouffées de chaleur, peuvent également perturber le sommeil et entraîner de la fatigue. Cela affecte définitivement l’humeur et l’état psychologique de la femme en général (Maroufizadeh S, 2019).
– Réactions allergiques
Certaines femmes présentent des réactions allergiques aux injections. Il peut s’agir de symptômes tels que des démangeaisons ou des rougeurs de la peau aux points d’injection.
– Syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO)
Le syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO) est une complication iatrogène des techniques de procréation assistée. Ce syndrome se caractérise par une hypertrophie kystique des ovaires et un déplacement de liquide de l’espace intravasculaire vers le troisième espace en raison d’une perméabilité capillaire accrue et d’une néoangiogenèse ovarienne. Son apparition dépend de l’administration de gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Le RCIU est extrêmement rare en l’absence d’administration de hCG. Son effet sur l’état de santé général de la patiente peut être très néfaste et des décès ont parfois été rapportés (Golan A, Ron-el R, Herman A, 2011).
La physiopathologie du SGY est inconnue, mais le processus est associé à une perméabilité vasculaire accrue dans la zone entourant les ovaires et leur système vasculaire. L’essentiel réside dans l’équilibre entre les facteurs pro-angiogéniques et anti-angiogéniques présents dans le liquide folliculaire. La β-HCG et ses analogues, l’œstrogène, l’œstradiol, la prolactine, l’histamine et les prostaglandines sont impliqués dans la SHNG, mais on comprend de mieux en mieux que les substances vasoactives telles que les interleukines, le facteur de nécrose tumorale (TNF)-α, l’endothéline-1 et le VEGF sécrétés par les ovaires sont impliqués dans l’augmentation de la perméabilité vasculaire [19 ; 33].
– Douleur pelvienne et abdominale légère
Pendant ou après la phase de prélèvement des ovules de la FIV, vous pouvez ressentir des douleurs pelviennes ou abdominales légères à modérées. Certaines femmes décrivent cette douleur comme des crampes. Cette douleur est généralement suffisamment légère pour être traitée avec des analgésiques en vente libre et disparaît un jour ou deux après la procédure.
– Infection pelvienne
Les infections des organes pelviens sont également un risque pendant les phases de prélèvement des ovules et de transfert des embryons de la FIV, mais elles sont très rares. Certains médecins prescrivent des antibiotiques avant et après les procédures pour prévenir les infections, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde.
– Naissances multiples
Avec la FIV, le risque de grossesse avec plus d’un enfant est plus élevé. Ce risque augmente lorsque plus d’un embryon est transféré. Les grossesses multiples augmentent le risque d’accouchement prématuré, d’hypertension artérielle, de diabète gestationnel et de nécessité d’une césarienne.
– Stress émotionnel
De nombreuses personnes connaissent un grand succès avec la FIV, mais tous les cycles ne se terminent pas par une grossesse. Si une patiente ne tombe pas enceinte après le cycle, cela peut être terriblement frustrant. De plus, comme le souligne l’American Society for Reproductive Medicine (ARM), bien que la FIV n’augmente pas le risque de fausse couche, mettre fin à une grossesse après un processus intensif peut être encore plus douloureux (Maroufizadeh S, Navid B, 2019).
D’après ce qui précède, de nombreux facteurs affectent de diverses manières l’état psychophysiologique des femmes pendant la période de traitement de l’infertilité par les techniques de procréation assistée. Ces facteurs sont notamment d’ordre social, personnel et clinico-biologique. Il convient de noter que chaque groupe de facteurs a une signification particulière et que tous les facteurs sont liés les uns aux autres d’une manière ou d’une autre.
Les facteurs sociaux comprennent les pressions exercées par la société, la famille ou la religion, les facteurs personnels comprennent les sentiments intérieurs de la femme liés à sa maladie, et les facteurs cliniques et biologiques prennent en compte les risques des procédures pendant le traitement et les réactions physiologiques naturelles qui aggravent l’état de l’organisme en tant que système global.

Les études visant à clarifier les états psychophysiologiques des femmes pendant la grossesse après l’utilisation de méthodes de procréation assistée disposent d’un large éventail d’informations en raison de l’individualité de chaque cas. Il ne fait aucun doute que l’état émotionnel et physique des femmes change au cours du traitement ART.

Changements psychologiques pendant la FIV
Des chercheurs ont comparé les facteurs de personnalité de couples conçus après une FIV et de couples conçus naturellement et ont constaté des réactions émotionnelles différentes à la grossesse. À partir de leurs recherches, les auteurs ont suggéré que les femmes qui ont recours à la FIV peuvent avoir besoin d’un soutien émotionnel au début de la grossesse, ce qui est lié au stress psycho-émotionnel causé par l’échec éventuel de la grossesse. De même, dans une étude similaire, les chercheurs ont recommandé qu’un soutien psychologique soit apporté aux patients dont l’infertilité leur cause beaucoup de stress et augmente la quantité de cortisol dans leur sang (Schmidt L, Holstein BE, 2003).
Changements hormonaux et physiologiques pendant le traitement de FIV

Une autre étude (Lebedko, 2013) a fourni des informations sur la gestion de la grossesse et de l’accouchement chez les patientes enceintes par FIV, en tenant compte de l’évaluation de l’état clinique et psychologique des femmes pendant la grossesse. Les auteurs ont révélé une proportion élevée de complications de la grossesse et de l’accouchement chez les femmes enceintes après l’utilisation de la FIV – 93,62%. Le nombre de grossesses multiples (57,44 %) et de naissances prématurées (38,3 %) a également été pris en compte, ce qui est plus élevé que le nombre total de naissances. Dans les grossesses uniques et multiples, le groupe FIV a présenté une proportion significativement plus élevée de menaces d’avortement (77,5 % ; 94,4 %, respectivement) et d’insuffisance cervicale isthmique (82,5 % ; 87 %), de troubles du flux sanguin utéroplacentaire et fœto-placentaire (20 % ; 27,8 %), la fréquence des troubles critiques dans les grossesses multiples étant d’environ 40 %.

La grossesse s’est compliquée d’une gestose 4 fois plus souvent que pour l’ensemble des naissances. Les hémorragies dues au placenta praevia ou au décollement étaient 3,8 fois plus fréquentes. La majorité des femmes enceintes du groupe FIV ont accouché par césarienne et les complications postopératoires étaient significativement plus élevées que chez les patientes n’ayant pas eu recours à la FIV. Les complications après l’accouchement par voie naturelle étaient un tiers plus élevées dans les grossesses multiples que dans le groupe de contrôle. Dans le groupe des femmes ayant bénéficié d’une FIV, une anémie a été observée dans la période postopératoire chez la moitié d’entre elles, ce qui est nettement plus élevé que chez les patientes enceintes sans FIV, où cet indicateur représentait environ un quart de l’ensemble des résultats. En outre, le traitement des patientes à l’hôpital après l’accouchement a été plus long que dans le groupe opposé.

L’étude a révélé que les scores de bien-être, d’humeur et d’activité étaient significativement plus bas dans le groupe FIV à tous les stades de la grossesse et du post-partum que dans les groupes appariés (patientes non FIV). On a constaté une forte diminution du bien-être et de l’activité en dessous des valeurs normales, par rapport à la situation des femmes en travail qui n’ont pas eu recours à la FIV. Cela peut indiquer une fatigue accumulée, à la fois avant les procédures de procréation assistée et pendant la grossesse elle-même, et même après l’achèvement de la grossesse. Les valeurs obtenues pour les niveaux d’anxiété situationnelle et de personnalité dans le groupe des femmes ayant eu recours à la FIV étaient assez élevées et significativement plus élevées que dans les groupes opposés. On peut noter que le niveau élevé d’anxiété persiste après l’achèvement de la grossesse [4].

Lors de la FIV, les ovocytes et les embryons sont exposés à un niveau supraphysiologique d’œstradiol, produit par les ovaires en réponse à l’injection de gonadotrophines. Les niveaux de facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF) sont également élevés chez l’homme et la souris à la suite d’une stimulation ovarienne et peuvent avoir un effet négatif sur la placentation. En outre, les gamètes femelles et mâles sont manipulés lors du prélèvement des ovocytes et de la culture des embryons, exposant ainsi les gamètes et les embryons à un environnement altéré à la période la plus précoce et peut-être la plus vulnérable. Ces changements dans l’environnement des gamètes peuvent potentiellement contribuer à des altérations conduisant à des résultats périnataux défavorables.
Les conséquences néfastes pour la mère comprennent les troubles hypertendus de la grossesse, le diabète gestationnel et l’accouchement prématuré.
Les troubles hypertensifs de la grossesse comprennent l’hypertension gestationnelle, la pré-éclampsie et l’éclampsie. Une méta-analyse analysant 15 études portant sur 12 923 grossesses par FIV/ICSI a comparé les grossesses uniques par FIV/ICSI aux grossesses non assistées et a constaté que la présence de troubles hypertensifs dans les grossesses par FIV/ICSI était plus importante que dans les grossesses non assistées. La même étude a montré qu’il n’y avait pas de différence significative dans l’incidence des troubles hypertensifs de la grossesse entre les grossesses gémellaires FIV/ICSI et les grossesses gémellaires non assistées. La similitude de l’incidence des troubles hypertensifs dans les grossesses gémellaires FIV/ICSI et les grossesses non assistées est probablement due au fait que les grossesses gémellaires, quel que soit le mode de conception, présentent un risque accru de développer ces troubles. L’association entre les troubles hypertensifs et les grossesses par FIV est difficile à établir étant donné que les femmes qui subissent une FIV peuvent être plus âgées et présenter d’autres comorbidités, telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), qui peuvent avoir motivé le traitement de l’infertilité. Dans les études examinées, le groupe de contrôle était apparié selon l’âge et excluait l’influence de l’âge maternel, mais les comorbidités n’étaient pas prises en compte (Pandey S, Shetty A, Hamilton M, 2012).

Le diabète gestationnel (DG) a également été étudié en tant que conséquence des grossesses par FIV, car il prédispose à un risque plus élevé d’hypertension pendant la grossesse, de macrosomie fœtale, d’accouchement chirurgical et de césarienne. Une incidence accrue de diabète gestationnel a été démontrée dans les grossesses conçues à l’aide d’un traitement antirétroviral. Une étude transversale portant sur 215 grossesses non assistées et 145 grossesses uniques avec ART a révélé que l’incidence du DG parmi les grossesses FIV/ICSI était 43 % plus élevée que parmi les grossesses non assistées (Ashrafi M, Gosili R, 2014).
Il existe un risque accru de naissance prématurée chez les bébés conçus après une FIV. Des études suggèrent que les procédures de procréation assistée peuvent contribuer au risque de naissance prématurée dans les grossesses uniques, mais que le risque peut être réduit dans le cadre d’un transfert d’embryons congelés/décongelés. Certains facteurs de risque de naissance prématurée, tels que l’âge maternel plus élevé et des facteurs comportementaux comme le tabagisme, peuvent faire partie du risque observé chez les patientes infertiles. Le transfert d’embryons congelés/décongelés peut réduire le risque car il reproduit plus fidèlement le contexte hormonal d’une grossesse indépendante et l’impact potentiel des niveaux élevés d’œstradiol sur le placenta est évité (Sullivan-Pyke CS, 2017).

Ainsi, les résultats maternels indésirables affectant son état psychophysiologique associés à la FIV comprennent les troubles hypertensifs de la grossesse, le diabète gestationnel et l’accouchement prématuré. Le risque de grossesses multiples dans le cadre de la FIV est le principal moteur de ces résultats, mais d’autres mécanismes sont activement étudiés. L’état psychologique des femmes est très précaire : les femmes qui ont recours à la FIV peuvent avoir besoin d’un soutien psychologique en raison du stress psycho-émotionnel.
Pour compenser les manifestations négatives de la sphère psycho-émotionnelle, nous proposons des programmes de psychocorrection utilisant les méthodes de la psychothérapie des ressources (Kovalenko N.P.), basées sur les résultats de la recherche dans le domaine de la psychologie périnatale. L’utilisation de programmes de psychocorrection améliore considérablement l’état des femmes enceintes et des femmes se préparant à la FIV et augmente la probabilité de porter et de donner naissance à un enfant.