mai 28, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

REVUE DU LIVRE DE SANTHI JAYASEKERA « TRADITION ET MODERNITÉ DANS LE CINÉMA INDIEN »

Katansky Sergey Anatolievich Candidat aux sciences pédagogiques, professeur associé au département d’éducation physique de l’Université nucléaire de recherche et au département d’entraînement physique de l’Université militaire supérieure aéroportée de la Garde de Riazan, professeur, docteur en pédagogie de l’Université internationale de l’apprentissage fondamental, grand maître des arts martiaux orientaux.

Jayasekara Santhi n’est pas seulement un scientifique-philosophe, un docteur en sciences, un professeur, un académicien, il porte le titre de Mahatma, qui signifie grande âme. Il porte ce titre spirituel, qui a été porté par des figures humanistes aussi célèbres que Mohandas Karamchand Gandhi et Nicholas Roerich. Il s’agit d’un titre énorme qui implique une grande responsabilité et une mission terrestre, celle d’apporter la bonté, l’amour et l’illumination aux gens. Comme il n’est ni Dieu ni un magnat des médias et qu’il n’est pas en mesure de partager son pouvoir spirituel avec un grand nombre de personnes, il a écrit un bon livre sur l’art cinématographique indien. Ce n’est pas une coïncidence, car il couvre de nombreux pays du monde et est populaire auprès d’un grand nombre de spectateurs.  Dans ce livre, Mahatma a réussi à montrer comment le cinéma indien, en s’appuyant sur la culture séculaire de son pays, exerce une influence spirituelle considérable sur l’art, la philosophie, la religion, la littérature et la science dans le monde. On sait que la culture indienne est l’une des plus anciennes et des plus riches du monde, qu’elle s’est formée au cours de plusieurs millénaires, qu’elle a combiné les influences de différentes nationalités, qu’elle a absorbé de nombreuses traditions, coutumes, religions et langues de la population de ce sous-continent. Ses origines épiques ont été présentées de manière créative dans les films du cinéma national, des questions philosophiques sur la structure de l’univers, l’existence humaine, la signification de la relation entre le matériel et le spirituel ont été proposées au public.

Ce livre publié par l’auteur peut être comparé à la naissance d’un enfant longtemps attendu, à travers lequel le Dr Santi, qui a vécu une longue vie remplie de rencontres, de recherches scientifiques et d’observations créatives, exprime sa vision du monde et du monde qui l’entoure.   À partir d’études philosophiques sur le cinéma indien, il a tenté de le montrer au lecteur comme un modèle d’art humaniste, en contraste avec le monde moderne plein de tromperie, de corruption, de violence et de guerre.    Il l’a révélé du point de vue d’une force cachée influençant spirituellement la conscience, la pensée et les normes de comportement du public.  Ce choix n’est pas fortuit, car de nos jours, les médias de masse peuvent former dans la population l’image idéologique de l’homme moderne dont elle a besoin, en s’écartant parfois des valeurs humanistes traditionnelles habituelles. Ainsi, ce qui était bon peut devenir mauvais, porter des jeans déchirés peut devenir à la mode et remplacer les beaux vêtements, le sexe peut remplacer l’amour, les drogues peuvent remplacer la réalité existante, etc. Le Mahatma a compris qu’au cours de sa longue histoire, le cinéma indien ne s’est pas éloigné des valeurs spirituelles traditionnelles, est resté national et a non seulement résisté à la concurrence du cinéma occidental, mais est devenu non seulement populaire auprès de la population de nombreux pays du monde, mais a également réussi à exercer son influence spirituelle sur eux. À titre d’exemple, on peut citer l’intérêt de différents peuples pour la danse, le yoga, la philosophie du bouddhisme.   Parmi les adeptes du bouddhisme figurent le scientifique Albert Einstein, les acteurs Jackie Chan, Richard Gere et Orlando Bloom. Steve Jobs s’est inspiré des enseignements du bouddhisme pour créer ses produits. Robert Thurman, écrivain, militant social et érudit, père de l’actrice Uma Thurman, est le premier moine bouddhiste américain.  Le cinéma indien est un art, c’est-à-dire un artisanat perfectionné, dont Jayasekara Santhi a analysé l’histoire dans son livre.

Il a réussi à mettre en évidence la chronologie des différentes périodes du cinéma indien et à montrer comment celui-ci s’est développé du théâtre de rue folklorique au Bollywood moderne.  L’auteur a utilisé à cette fin une approche inhabituelle pour les lecteurs sous la forme d’un résumé d’œuvres cinématographiques, ce qui permet au Dr Shanti de montrer de manière plus claire et plus convaincante les particularités historico-nationales de la cinématographie indienne, qui présente divers événements mythiques d’un passé lointain, consacrés principalement à la lutte constante entre le Bien et le Mal, le Cosmos et le Chaos. Les participants peuvent être des dieux, des héros et des personnages fictifs, dont les scènes d’interaction artistique peuvent avoir un impact spirituel considérable sur le spectateur. L’auteur attire l’attention des lecteurs sur le fait que les films présentent une image constante de la lutte pour la justice et le sens de la dignité, de la vie humaine tressée dans les palais et les bidonvilles, dans lesquels les gens peuvent être également heureux ou malheureux et changer soudainement de place, et ressentir alors en réalité l’impermanence de la vie.

Il a essayé de montrer que le cinéma indien n’a pas été créé pour un divertissement superficiel, mais comme un outil permettant d’influencer les sentiments profonds et les réflexions sérieuses du spectateur sur le sens de sa naissance, le sens de sa vie et la place qu’il y occupe.  Le Mahatma écrit que de nombreux films indiens sont essentiellement humanistes, car ils excluent la violence comme moteur du développement, bien que les héros des histoires montrées soient extérieurement et intérieurement opposés à la violence. Bien que la doctrine philosophique du bouddhisme rejette toute violence, le sens de leurs actions est que pour atteindre la justice, il n’est pas nécessaire de tendre l’autre joue pour un coup, mais de neutraliser le mal par une résistance active. Dans ce cas, la philosophie bouddhiste fait écho à la philosophie confucéenne. Toute coercition et toute violence, selon la doctrine confucéenne, n’est justifiée que lorsqu’il s’agit d’une rétribution ou d’une punition pour celui qui a nié l’humanité en lui-même. L’ancien philosophe confucéen Hsiun-tzu a déclaré : « Un être humain aime les gens, et parce qu’il aime les gens, il ne peut supporter de les voir offensés. Un homme juste agit avec droiture et déteste donc ceux qui agissent avec injustice. Il prend les armes, souhaitant mettre fin à la violence ».  Jayasekara Santhi, en tant que chef spirituel, patriote de son pays, s’adresse au lecteur depuis les pages de son livre et veut montrer que la plupart des films indiens ont un caractère éducatif basé sur un comportement éthique bouddhiste.

Selon les enseignements du Bouddha Shakyamuni, une personne doit surmonter la souffrance causée par des désirs passionnés et un manque de compréhension de la véritable nature de l’existence, et la cause de la souffrance humaine est elle-même, la souffrance est causée par ses propres faiblesses et défauts humains, dont il est nécessaire de débarrasser l’esprit, parmi lesquels : l’avidité, la haine, l’envie, l’ignorance – ce qui nécessite une profonde restructuration intérieure de la conscience. Cette doctrine du Bouddha a trouvé son expression artistique dans de nombreux films indiens. Selon le plan du réalisateur, il peut y avoir un entrelacement dramatique des destins des héros, qui à première vue sont dans des situations sans espoir, ils doivent passer par beaucoup de souffrances, avec de grandes difficultés pour les surmonter, ce qui leur permet de s’améliorer moralement, de se purifier spirituellement, de se libérer de leurs propres faiblesses. La voie bouddhiste du salut implique en général l’accomplissement de tout un ensemble de normes morales de la culture comportementale, ce qui correspond à la notion d' »éthique ». On peut observer dans la majorité des films indiens qu’il n’y a pas de scènes sexuelles explicites, qu’il n’y a que des relations pures entre des couples amoureux, beaucoup de belle musique combinée à des danses nationales, de beaux vêtements et la nature. L’accent mis sur le cinéma indien par le Dr Santi dans son livre n’est pas accidentel : il s’agit d’un cinéma populaire, qui est donc aussi proche que possible du spectateur.

Ce dernier peut voir sur l’écran de cinéma des situations de vie qui lui sont familières, éprouver de l’empathie pour les personnages du film et ressentir des sentiments et des expériences qui lui sont proches.  Le sens est que lorsque le spectateur ou le lecteur commence à ressentir de la compassion à travers les images de l’intrigue, il apprend à comprendre les autres, et donc à se libérer de ses propres défauts, à devenir meilleur lui-même et à transmettre sa spiritualité aux autres. Le sens des relations humaines est que ce que nous y donnons, nous le recevons aussi. Dans la coopération, il y a communication et échange d’intérêts mutuels – cela aide à grandir spirituellement et apporte une joie réciproque.  En résumé, on peut noter que le livre publié par le Dr Santi propose une approche nouvelle et inhabituelle pour le lecteur de l’examen des œuvres cinématographiques. Elle lui permet, pendant un laps de temps relativement court, de percevoir visuellement, comme à partir de l’écran de cinéma, à travers le mot et l’image expressive, un grand nombre d’œuvres cinématographiques. Il peut en faire l’expérience mentale, les ressentir et en tirer un plaisir esthétique.   En même temps, il s’agit de comprendre la signification profonde de l’art cinématographique indien et son succès auprès du public mondial.

Katansky Sergey Anatolievich Candidat aux sciences pédagogiques, professeur associé au département d’éducation physique de l’Université nucléaire de recherche et au département d’entraînement physique de l’Université militaire supérieure aéroportée de la Garde de Riazan, professeur, docteur en pédagogie de l’Université internationale de l’apprentissage fondamental, grand maître des arts martiaux orientaux.