avril 20, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

MINIATURES POUR VIOLON D’ARAM KHACHATURIAN

Dr. RUBEN SMBATYAN, PhD
Candidat en histoire de l’art, docteur (IUFS- Oxford),
Professeur associé au Conservatoire Komitas d’Erevan
(Arménie, Erevan)

MINIATURES POUR VIOLON D’ARAM KHACHATURIAN
Les réalisations créatives de la musique du XXe siècle sont liées aux noms de grands compositeurs et interprètes, qui ont modelé l’image de l’époque, ouvert la voie à l’avenir, créé des œuvres d’une valeur artistique exceptionnelle, d’une grande spiritualité, qui sont devenues partie intégrante de la culture mondiale.

Le célèbre compositeur arménien Aram Khachaturian (1903-1978) a largement contribué au développement de la musique moderne, en créant son style original et unique, qui a influencé la formation de nombreuses innovations dans les œuvres des compositeurs et des interprètes : ballet, musique de scène, cantate et oratorio, musique symphonique, musique de chambre, musique instrumentale, musique vocale, etc. La musique instrumentale, et en particulier la musique pour violon, occupe une place particulière dans la vaste œuvre du compositeur. Ses œuvres pour violon et piano comprennent « Dance » (1926) – dédiée à A. Gabrielyan, « Song-Poem » (In Honour of Ashugs, 1929), « Allegretto » (1929), Sonata (1932)*, Concerto pour violon et orchestre (1940) – dédié à D. Oistrakh, « Nocturne » (1940) – dédié à D. Oistrakh, Nocturne (1948) est un arrangement de l’auteur de la suite « Masquerade », Concerto-Rhapsodie pour violon et orchestre (1961) est dédiée à L.Kogan, Sonate-Monologue pour violon seul (1973) est dédiée à V.Pikaizen.

Le concerto pour violon d’A. Khatchatourian a été non seulement le premier concerto à établir ce genre dans la musique arménienne, mais, avec les concertos pour violon de S. Prokofiev, D. Chostakovitch, B. Bartok, I. Stravinsky, A. Schoenberg et A. Berg, il est l’un des concertos les plus remarquables du XXe siècle. Il a été interprété par tous les grands violonistes actuels. L’improvisation, le timbre et les couleurs harmoniques caractéristiques du style du compositeur, associés aux traditions nationales de l’interprétation instrumentale orientale, ont eu une influence significative sur l’œuvre de nombreux compositeurs contemporains.

La première étape de son parcours créatif a été associée à la création de petites œuvres instrumentales qui ont constitué une étape importante et ont joué un rôle particulier dans la formation du style du compositeur. C’est ce que confirment les mémoires du grand violoniste du XXe siècle David Oistrakh, publiées à la veille du 70e anniversaire du compositeur : « Aram Ilyich et moi avons presque le même âge – quelques années seulement nous séparent, et j’ai eu l’occasion d’assister à ses premiers succès éclatants dans le domaine de la composition. Je me souviens parfaitement de l’impression forte qu’ont fait ses tout premiers opus, notamment la Danse en si bémol majeur, qui, je crois, est indiquée comme le premier opus dans la liste de ses œuvres, et le charmant « Song-Poem » (En l’honneur d’Ashugs). Ces pièces me sont particulièrement chères : je les aime parce qu’elles sont pleines d’expression et de cette lumière spéciale qui illumine tout ce que crée Khatchatourian ».

Dans ces années lointaines de formation et de formation du destin créatif, il est nécessaire de se rappeler qu’Aram Khatchatourian est venu pour la première fois de Tbilissi à Moscou en 1921 en tant que membre du Studio dramatique arménien, sous la direction de son frère aîné, le metteur en scène et célèbre figure théâtrale Suren Khatchatourov. À l’automne 1922, alors qu’il est déjà étudiant à l’université de Moscou, il décide de se consacrer à la musique et entre à l’école musicale Gnessin, où, jeune homme de dix-neuf ans, il est inscrit dans la classe de violoncelle. Les faits de la biographie du compositeur sont présentés dans de nombreuses études, mais dans le livre « Aram Khachaturian. Pages de vie et de création » (extrait des conversations avec G.M. Shneerson), Aram Ilyich décrit ses premiers pas dans le domaine musical : « Ayant commencé les cours dans la classe de violoncelle du professeur de violoncelle S.F. Bychkov, j’étais un musicien absolument analphabète. C’est pourquoi j’ai dû suivre des cours d’alphabétisation musicale et un cours préparatoire de solfège en l’espace d’un été ». En peu de temps, il apprend les matières théoriques et maîtrise le violoncelle à tel point qu’il se produit en concert à l’école. Parallèlement au violoncelle, il étudie la composition dans la classe de M.F.Gnesin.
Parallèlement à ses études et à son travail intensif, la période initiale de la créativité d’A. Khachaturian est liée à une communication constante avec des musiciens arméniens célèbres à la Maison de la culture arménienne, à la participation aux activités polyvalentes du Collectif de musique arménienne de Moscou (MAMC) à la Maison de la culture. La connaissance et l’amitié étroite avec le remarquable violoniste arménien Avet Gabrielyan, alors étudiant au Conservatoire de Moscou, ont stimulé l’intérêt du compositeur pour la musique pour violon. Dans ses mémoires, Aram Ilitch écrit : « Les fréquentes rencontres avec A. Gabrielyan m’ont beaucoup apporté, et c’est ainsi qu’est née la « Danse », une pièce plutôt virtuose. Il y a des doubles notes, des passages et toutes sortes de sauts. Dans cette pièce, d’une part, l’esprit de l’Orient règne, et d’autre part, il y a quelque chose de la Kreisleriana, et ce n’est évidemment pas un hasard si cette Danse est encore vivante aujourd’hui, elle est volontiers jouée par de nombreux violonistes ». Le premier interprète de la Danse fut Avet Gabrielian, à qui cette œuvre est dédiée. Il l’a jouée pour la première fois dans la petite salle du Conservatoire de Moscou. De nombreux auditeurs ont assisté à la première de cette œuvre. Ce premier opus du compositeur s’est imposé sur la scène des concerts grâce à l’interprétation d’éminents violonistes virtuoses contemporains – Miron Polyakin, David Oistrakh, Leonid Kogan et Julian Sitkovetsky.

Alexander Spendiarov-Spendiaryan, un classique de la musique arménienne, a joué un rôle exceptionnel dans l’appréciation des œuvres de Khatchatourian. À l’époque, il dirigeait la section musicale de l’Armgiz (maison d’édition nationale arménienne). En décembre 1927, à la Maison arménienne de la culture à Moscou, il a écouté les premières œuvres du jeune compositeur à la demande d’A. Khatchatourian, les a appréciées et a recommandé la publication de la « Danse » pour violon et du « Poème » pour piano. Cette première édition de pièces instrumentales d’Armgiz à Erevan a eu une grande importance dans la vie créative du compositeur, et pas seulement en tant qu’événement artistique. Au cours des premières années de sa vie à Moscou, A. Khachaturian, suivant l’exemple de son frère aîné Suren, se fait appeler Khachaturov. Suivant les conseils d’A. Spendiarian, il rétablit son nom de famille original Khatchatourian sur la page de titre de « Danse », ce qu’il mentionna plus tard avec gratitude dans ses conversations avec Schneerson.
C’est l’année de la publication de ces pièces instrumentales qu’A. Spendiarian a offert à A. Khachaturian sa partition des « Études d’Erevan » avec une inscription en guise de cadeau : « À Aram Khachaturian, mon très talentueux collègue, avec des vœux pour le luxuriant épanouissement de son talent exceptionnel ».

Trois ans plus tard paraissait la pièce de concert pour violon suivante, qui apporta à l’auteur un succès bien mérité. L’histoire de la création de cette œuvre est racontée par le compositeur lui-même : « En 1929, un groupe d’ashugs arméniens dirigé par Shara Talian est venu à Moscou. Il s’agissait d’un quatuor ou d’un quintette d’ashugs avec des instruments folkloriques. Ils chantaient des chansons ashug de Sayat-Nova et d’autres maîtres de la musique folklorique arménienne. Après avoir écouté leur prestation à la Maison de la culture de l’Arménie soviétique, j’ai été enthousiasmé et ravi. C’est sous cette impression que j’ai écrit une composition pour violon et piano, que j’ai appelée « Song-Poem » (en l’honneur des Ashugs), en l’honneur de leur arrivée à Moscou, parce que c’était un événement dans la vie artistique de la capitale ». Le Song-Poem incarne organiquement l’élévation enthousiaste, le rhapsodisme, l’improvisation combinée à une véritable virtuosité – des caractéristiques inhérentes à l’art de l’Ashug. Cependant, ni dans sa thématique ni dans l’utilisation de techniques instrumentales folkloriques caractéristiques, il n’y a d’emprunt direct ou d’imitation d’échantillons de musique folklorique. Il s’agit d’une pièce instrumentale tout à fait originale où le violon et le piano jouent des parties également développées, créant ainsi un magnifique duo. Cela est facilité par l’utilisation de toute la tessiture instrumentale, en particulier dans la partie de violon – une grande variété de techniques texturales et de traits divers : ricochets, flageolets, etc. Il commence par une introduction au piano Recitando con espressione, imitant la manière et le style d’exécution des instruments à cordes et à cordes pincées : canona – irisation de la texture du passaggio et répétition sur un ou deux sons, et tara – répétition et mouvement caractéristique du passaggio par des forschlags, créant des vibrations harmoniques.

Selon les souvenirs d’Aram Ilitch, « Danse » et « Chanson-Poème » ont été beaucoup joués par David Oistrakh, qui ne s’en est pas séparé même après la composition du Concerto pour violon, et c’est lui qui les a rendus populaires : « Souvent, dans les concerts de mon auteur, lorsqu’il semblait que le violon suffisait, le public ne le laissait pas partir (D. Oistrakh) et l’appelait sans cesse, puis le piano roulait sur la scène et David Fiodorovitch jouait ces pièces. Son interprétation était exceptionnellement convaincante, inspirée, improvisée ».
Dans ces pièces de concert, les particularités des principes de pensée du compositeur et sa perception artistique de l’acoustique monodique nationale arménienne ont été clairement révélées. Cela est dû à la compréhension harmonique complexe caractéristique du son du tissu musical. En outre, l’interprétation au violon de la « Danse » et du « Chant-Poème » produit des harmoniques qui créent l’effet de microchromatisme, si caractéristique de l’interprétation sur des instruments à cordes, à cordes pincées et à archet du folklore arménien. Naturellement, ces pièces de concert ont été jouées par tous les violonistes arméniens célèbres, et elles sont entrées dans le processus éducatif comme une partie organique, avec les chefs-d’œuvre exceptionnels de la musique du monde qui ont enrichi le répertoire du violon. Le premier interprète de ces deux pièces fut A. Gabrielyan, puis G. Boghdanyan. G.Smbatyan, E.Tadevosyan, A.Vardanyan, Z.Petrosyan, A.Tsitsikyan, V.Mokatsyan, R.Aharonyan et bien d’autres.

Dans le répertoire instrumental, en particulier celui du violon, une place importante est également occupée par les arrangements, les arrangements et les paraphrases basés sur la musique folklorique ou les œuvres musicales de différents compositeurs. Nous connaissons des variations virtuoses étendues d’airs d’opéra de Paganini et Ernst, et des paraphrases d’opéras de Gounod, Bizet et Rimski-Korsakov par Wieniawski, Sarasate, Waxman et Zimbalist. Le nombre d’arrangements écrits par Joachim, Izaie, Kreisler, Heifetz et d’autres violonistes exceptionnels est vraiment énorme. Kreisler a également réalisé des arrangements d’œuvres pour violon des grands violonistes Tartini et Paganini. Parmi eux, les arrangements et les arrangements des ballets « Gayane » et « Spartacus » et de la musique de théâtre d’Aram Ilyich Khachaturian occupent une place de choix.
Les premiers arrangements de « Gayane » ont été composés par Ya. Heifetz immédiatement après la représentation du ballet et publiés en 1943. Yasha Heifetz, auteur d’un grand nombre d’arrangements de concert et d’arrangements d’œuvres de divers compositeurs, a brillamment arrangé la « Danse des sabres » et la « Danse d’Ayshe », qu’il a interprétées pour la première fois sur les ondes pendant la Seconde Guerre mondiale. Le plus grand maître du violon a parfaitement incarné dans ses arrangements la musique d’A. Khatchatourian, avec toute l’intensité virtuose sans surcharger la texture du violon par des difficultés techniques excessives. C’est pourquoi les deux danses sont constamment jouées sur les scènes de concert et jouissent d’une grande popularité dans le cadre de l’enseignement.
Le violoniste américain a été suivi par des arrangements de M. Fichtenholtz, K. Mostras et L. Feigin. Un certain nombre d’arrangements ont été réalisés spécifiquement pour le répertoire éducatif. Outre les arrangements pour violon et piano, il convient de mentionner un grand nombre d’arrangements et d’arrangements réalisés par G. Adjemian pour l’ensemble de violons qu’il dirigeait.
En outre, mon père, le célèbre violoniste Henrik Smbatyan, lauréat de concours internationaux, a arrangé et publié à Erevan et à Moscou l' »Adagio » du ballet « Spartacus », qui a été très apprécié par l’auteur et est souvent joué sur la scène de concert dans différents pays. Sur la page de titre de l’édition d’Erevan, Aram Khatchatourian a écrit : « À l’adorable, au très joli Henrik Smbatyan. Merci pour votre propagande et votre bon travail ». L’année de publication était 1970. Le temps a passé et j’ai publié en 2003 la collection « Aram Khachaturian. Pages choisies des ballets « Gayane » et « Spartacus », pour violon et piano.

Les miniatures pour violon de concert – pièces, arrangements et arrangements de la musique d’A. Khachaturian sont fermement entrées dans le répertoire des violonistes de concert et sonnent dans diverses interprétations de la scène, des enregistrements vidéo et audio, apportant plaisir et joie aux interprètes et aux auditeurs.

LITTÉRATURE :

1) Arutyunov D., A. Khachaturian et la musique de l’Est soviétique. – Moscou ; « Music », 1983.
2) Oistrakh D., Souvenirs, articles, interviews, lettres. – M. ; « Musica », 1978.
3) Khatchatourian Aram. Pages de vie et de créativité. (D’après des conversations avec Schneerson). – Moscou ; « Musique », 1982.

4) Yuzefovich V., Aram Khachaturian. – M. ; « Compositeur soviétique », 1990.

5. Geodakyan G., Traditional and innovative in the music of A. Khachaturian, – M. ; « Musical Contemporary », numéro 3, 1979.