février 26, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

LA VIOLENCE EST UNE FOLIE

Grand docteur en philosophie, docteur en sciences philologiques, professeur, académicien A.N. Jesuitov.

La violence est une folie

« La philosophie de l’interaction (« bialisme ») (PV) est essentiellement une philosophie d’un monde sans violence. En même temps, le phénomène et le concept lui-même doivent être étudiés d’un point de vue philosophique afin de révéler leur signification théorique et pratique et d’établir leur application pratique réelle.
De nos jours, la violence fait couler beaucoup d’encre et de salive, et elle ne cesse de se manifester dans la réalité. En même temps, certaines personnes reconnaissent et affirment la violence comme un phénomène positif et significatif, voire utile à la vie des gens. D’autres rejettent la violence de manière inconditionnelle et sans équivoque. Cependant, les uns et les autres interprètent la violence en tant que phénomène et concept de manière très subjective et éclectique, vague et inexacte, et ne l’expliquent d’aucune manière. Or, pour accepter ou rejeter quelque chose, il est nécessaire de comprendre clairement ce qui est accepté et ce qui est rejeté. Il en va de l’intérêt réel d’une personne, de tout le monde.
La répétition fréquente et constante du mot « violence » en tant que phénomène et concept ne rendra pas les choses plus claires et plus précises. Ce qu’il faut, c’est une compréhension et une explication philosophiques de la violence. C’est ce que le FV tentera de faire.
Tout d’abord, il est nécessaire d’expliquer la signification des termes utilisés par le FV.
L’esprit désigne la capacité fondamentale de l’homme à penser. L’esprit désigne la capacité naturelle de l’homme à penser, à connaître et à comprendre.
L’esprit existe également au sens large en tant que phénomène naturel particulier. L’esprit implique le choix d’un objectif et sa réalisation. L’objectif et la manière de l’atteindre peuvent être très différents. Au sens large, comme le montrent les expériences scientifiques, les microbes peuvent devenir « altruistes », cédant leur vie aux individus les plus forts, et les photons peuvent devenir « intelligents », certains d’entre eux provenant d’un faisceau de quanta tombant immédiatement dans des trous de l’écran qui se trouve devant eux.
La raison désigne la capacité d’un être humain à penser raisonnablement et sobrement, la capacité à comprendre la réalité telle qu’elle est. Homo sapiens signifie une personne qui raisonne, et non une personne rationnelle.
En résumant les termes utilisés dans divers dictionnaires modernes, nous pouvons dire que la violence est traditionnellement définie comme l’utilisation anarchique de la coercition sous forme de force physique, sous diverses formes et à l’égard de n’importe qui, jusqu’à la terreur, à des fins d’acquisition et de conquête. Pour FV, cette définition de la violence comporte de nombreuses inexactitudes et incongruités.
Du point de vue du SF, la violence est, par essence, l’interaction de principes matériels (physiques) et spirituels, que l’on réalise consciemment dans la vie en forçant quelqu’un matériellement (force physique) et spirituellement. Dans ce cas, la force elle-même est formée par l’interaction des principes matériels et spirituels, le rôle le plus important étant joué par le début spirituel. La violence en tant que coercition (matérielle et spirituelle) ne peut être légale en principe. La coercition a un contenu particulier et différentes formes d’expression. L’expression extrême de la violence en tant qu’interaction de principes matériels et spirituels est la terreur en tant qu’interaction des mêmes principes. La violence entraîne des souffrances matérielles et spirituelles dans leur interaction. Le but de la violence est d’attaquer et de conserver ce qui a été saisi par la violence. La violence a des sources externes et internes, génétiques et fonctionnelles, à son tour en tant qu’interaction de principes matériels et spirituels, le principe spirituel jouant le rôle le plus important et le plus déterminant. Il est faux de penser que seuls les barbares et les sauvages ont recours à la violence. On peut dire que la civilisation les a déjà dépassés dans l’usage de la violence sous différentes formes.
La violence n’a pas de mesures restrictives a priori pour l’influence réelle, matérielle et spirituelle, comme la coercition, matérielle et spirituelle, à l’égard de l’homme. Elle est véritablement illimitée dans sa manifestation concrète et dans son impact. La violence militaire et toute violence armée sont particulièrement dangereuses pour la vie.

Chaque violence engendre une nouvelle violence. Cela peut durer très longtemps. Celui qui est temporairement vaincu par la violence de quelqu’un d’autre s’efforcera lui-même de vaincre le vainqueur temporaire par sa propre violence. Cela se répète jusqu’à ce que les parties adverses soient complètement anéanties. La violence en tant que problème final et irrévocable doit être abandonnée en tant qu’illusion, et plus vite elle sera abandonnée, mieux ce sera pour l’humanité. L’engagement des « faiseurs de paix » qui croient pouvoir vaincre la violence est trompeur. Ce n’est pas sans raison que l’on dit que « l’apaisement » mène toujours à la guerre. Il en accélère même le début.
La folie en tant que phénomène et concept est actuellement traitée de manière très éclectique et sans aucune corrélation, et encore moins interaction, avec un concept et un phénomène tels que la violence.
La folie est considérée comme l’aliénation mentale, la perte de la raison et du jugement, l’insouciance, la démence, l’absence d’esprit, le manque d’esprit, les actes insensés.
FW estime que la folie est un état spirituel particulier qui, dans certaines conditions, objectives et subjectives, peut apparaître chez une personne, un point de référence interne spécifique qui dirige et détermine le comportement d’une personne, ses actions.
La folie est traditionnellement considérée comme la perte de la capacité de l’intellect humain à penser de manière logique et créative, étape la plus importante du processus cognitif d’une personne. FV estime que lorsque la violence domine le processus de pensée, les différentes facultés de l’individu s’accordent intérieurement à la violence et la renforcent.
Une folie particulière peut frapper les personnes sensibles à toute violence. On peut devenir fou à cause du chagrin causé par la violence.
Dans le cas de la folie, on dit souvent « il a perdu la tête ». La folie amène une personne au-delà de sa propre nature. C’est la violence qui est à l’origine de cette folie.
La folie n’est pas un trouble mental qui peut faire l’objet d’un traitement psychothérapeutique et psychiatrique. La folie fait référence à la perte du sens du danger. Dans la folie, le danger est perçu comme une peur.
La folie qui interagit organiquement avec la violence n’est pas traitée par la médecine clinique.
La folie est particulièrement liée à l’activité de l’intellect, à sa déformation. L’esprit, en tant que capacité de penser, est en principe préservé même dans la folie, bien que sous une forme spécifique. La folie est liée à la raison, à sa violation. La folie est, par essence, un raisonnement.
La folie est corrélée à la stupidité, c’est-à-dire à une décision consciente qui ne correspond pas à la réalité.
« Avec le fort, l’impuissant est toujours en faute ». La violence, dans ce cas, menace de folie à la fois le fort et l’impuissant. La folie est à la fois le résultat et la cause, la source de la violence, matérielle et spirituelle, étant en interaction, matérielle et spirituelle. La folie comprend diverses manies : la grandeur, la persécution, l’infaillibilité, l’invincibilité, l’autosatisfaction, l’omniscience, etc. Elles non plus ne sont pas traitées par la médecine clinique, mais sont surmontées par une influence spirituelle active et réelle sur une personne de l’extérieur et par un dépassement spirituel de la personne elle-même.
La folie causée par la violence n’est pas une maladie clinique. Il s’agit d’un changement spirituel spécial et significatif, médicalement significatif, dans le monde intérieur de la personne, dans son cerveau, qui lui donne une attitude spirituelle à l’égard de la violence. La violence, à son tour, conditionne une folie particulière en tant que changement spirituel dans le monde intérieur de la personne, dans son cerveau, donnant à la personne une certaine attitude spirituelle.
Il existe un concept de « maladie mentale » qui signifie la destruction du début spirituel d’une personne, causée par la violence contre une personne en tant qu’état spirituel particulier.
L’aliénation mentale n’est pas identique au phénomène et au concept de folie, qui exclut toute violence à l’égard d’autrui et de soi-même.
La folie est un oubli conscient et volontaire de l’homme, matériel et spirituel, en tant qu’exemple pour les autres personnes, et surtout en tant qu’exemple spirituel.
La folie est digne d’être chantée. M. Gorki a écrit : « la folie des braves est la sagesse de la vie ». C’est sur la folie des braves que nous chantons ».
La folie, en effet, se manifeste au nom des intérêts vitaux d’autrui, matériels et spirituels, sans tenir compte de la menace qui pèse sur leur propre vie. La folie, c’est le dépassement par l’homme de sa propre peur face au danger et même à la mort. Allégoriquement, « uzh » ne devenait pas et ne pouvait pas devenir « fou ». Comme le « faucon ».

La folie doit être éliminée au moyen d’un dépassement spécial et, dans une large mesure, interne à la personne elle-même et d’une influence spirituelle sur elle depuis l’extérieur.
Le cerveau humain est une interaction de principes matériels et spirituels, avec une prédominance du principe spirituel. Le cerveau reçoit, par l’intermédiaire de divers organes sensoriels, en tant qu’interaction de principes matériels et spirituels, des informations de nature et d’orientation différentes, en tant qu’interaction de principes matériels et spirituels, qui exigent d’une personne une décision immédiate et efficace, tant sur le plan matériel que sur le plan spirituel. Si l’information perçue par un être humain reçoit dans le cerveau une attitude interne de violence, matérielle et spirituelle, alors l’interaction naturelle dans le cerveau des principes matériels et spirituels, avec la dominance du commencement spirituel, est rompue et même détruite. Dans le cerveau, le début spirituel négatif commence à dominer en tant qu’attitude à l’égard de l’utilisation réelle de la violence, matérielle et spirituelle, par l’homme. C’est la folie.
L’attitude intérieure de l’homme à l’égard de la violence se manifeste réellement dans ses actions violentes à l’égard de la réalité, dont il reçoit une impulsion informative pour la manifestation réelle de sa violence. L’homme lui-même augmente par cette violence dans la réalité, qui forme et manifeste plus fortement et visiblement dans son cerveau l’attitude intérieure à la violence, la rend plus solide et plus stable pour l’activité humaine en tant que violence interagissant avec la folie.
Ce processus se poursuivra longtemps s’il n’est pas réellement arrêté. La folie qui s’exprime par la violence peut devenir maniaque, ce qui est particulièrement dangereux pour la vie.
Voici à quoi ressemble réellement le mécanisme de formation de la violence en tant que folie.
Une certaine personne, prédisposée à la violence qui l’attire, veut elle-même commettre des actes de violence dans sa vie, ayant reçu une attitude interne en ce sens. En commettant des actes de violence par la suite, la personne contribue à l’augmentation de la violence dans la réalité, et de la réalité, la personne reçoit à nouveau l’attitude intentionnelle de violence, qui est maintenant plus impressionnante. Tel est le processus de formation de la folie par la violence et le rôle de la violence dans la formation de la folie. La violence et la folie se stimulent mutuellement.
Il existe différents types de violence et de folie, du plus petit au plus grand. La violence peut être privée, insignifiante, ou devenir une terreur impitoyable et sans merci, individuelle et étatique.
Le véritable apologiste de la terreur pendant la Grande Révolution française était M. Robespierre, qui pensait que « la terreur n’est rien d’autre qu’une justice rapide, stricte et implacable ». F. Engels s’opposait raisonnablement à Robespierre, estimant que « la terreur, ce sont des cruautés stériles commises pour leur propre confort par des gens qui ressentent eux-mêmes la peur ». La terreur, par sa nature même, est incapable d’être une justice, et elle suscite la peur d’un côté en attendant la violence de l’autre. La peur alimente la violence dans son expression extrême de terreur, et la violence à son tour alimente la peur, qui alimente la terreur.
FV n’est pas d’accord avec l’affirmation du sociologue Pitirim Sorokin selon laquelle « l’administration publique » présuppose la terreur la plus brutale, qui génère une « psychose générale », c’est-à-dire une quasi-folie. Une telle « administration publique » est essentiellement criminelle. Elle est manifestement inhumaine.
Il existe également une forme particulière de violence, causée par une sorte de folie, causée par l’homme lui-même. Par exemple, la famine immodérée, en tant que violence d’une personne sur elle-même, provoque un trouble mental grave proche de la folie (anorexie), qui est dangereux pour la vie humaine.

La folie gravite autour de la violence et est stimulée par les drogues. La violence engendre la folie, la folie engendre la violence.
Aucune violence ne peut en principe devenir une quelconque forme de justice. La véritable justice est essentiellement l’interaction, matérielle et spirituelle, de parties opposées.
Depuis longtemps, l’un des belligérants tente de justifier sa propre violence à l’égard de l’autre. Par exemple, dans la Rome antique, les Romains justifiaient leur cruauté brutale à l’égard des prêtres druides (Gaulois) par le fait que les druides auraient brûlé vivants des prisonniers romains dans des cages de saule en guise de sacrifice. D’autres manières très différentes et sophistiquées de justifier sa propre violence en géopolitique ont été et sont utilisées, sans éviter le mensonge et la partialité. En principe, la violence n’a pas de justification. Les extrêmes peuvent se passer de la violence. L’interaction, matérielle et spirituelle, est plus viable et fructueuse que toute violence qui engendre la folie.
Une manifestation particulière de la violence qui stimule la folie est le sadisme en tant que psychose maniaco-dépressive, devenant souvent relativement massive, comme un plaisir spécial et même une jouissance qu’une personne tire de la violence, souvent la plus brutale à l’égard d’une autre personne. Les conditions militaires exacerbent et intensifient ce processus.

Pour l’instant, malheureusement, la violence règne dans le monde, ce qui renforce la folie, et la folie renforce la violence.
La violence est cultivée depuis longtemps au cinéma et constitue le leitmotiv de nombreux films produits par Hollywood et au-delà. En même temps, la violence a déjà commencé à faire l’objet de honte et même de moquerie. Marx notait que « l’humanité se sépare de son passé en riant ». Dans le film « The Palace » (2023), que son réalisateur Roman Polanski a lui-même qualifié de « hooligan », divers personnages apparaissent sous des traits exotiques et peu recommandables, tant que personne ne leur fait de reproches ou ne les soupçonne de violence à l’égard de quiconque. Il s’agit là d’un symptôme positif. L’histoire montre que ce dont les gens rient et se moquent n’existe pas très longtemps.

La violence en tant que politique d’État, étrangère et intérieure, les effusions de sang massives et sans fin, les guerres constantes et impitoyables, la brutalité légalisée rendent réellement suicidaire et fou un État qui poursuit une telle géopolitique, épuisant, sans restauration, matérielle et spirituelle, ses capacités et ses ressources réelles. Cela conduit inévitablement à la mort et à la décomposition de l’État dans une violence et une folie sans limites. Cela s’est déjà produit dans l’histoire et a conduit à la disparition effective d’États et même de civilisations. Rappelons à cet égard les États les plus divers : Assyriens, Sumériens, Aryens, Olmèques, Mayas, Aztèques, Incas, Rome antique, Égypte antique, Huns, « Horde d’or », Chinggis, Jacobins, Nazis, « Khmers rouges », etc.
Il y a lieu de dire que la raison essentielle de l’effondrement de l’URSS a été la croissance illimitée du complexe militaro-industriel (CMI) en son sein. L’économie de l’URSS ne pouvait supporter une charge aussi exorbitante, et la violence, y compris les interdictions diverses, a souvent pris la forme d’une véritable folie.

Dans un premier temps, le MIC a sensiblement stimulé le développement, puis, devenu hypertrophié, il l’a considérablement ralenti, voire détruit. L’expérience historique est très instructive.
L’histoire montre et prouve que la philosophie joue un rôle essentiel dans les différentes interprétations du problème de la violence et de la folie.
On sait que le penseur russe P.Y. Chaadaev, dans ses « Lettres philosophiques » (1829-1830), c’est-à-dire pour une approche spéciale, exactement philosophique, de l’histoire russe, dans laquelle, comme le pensait Chaadaev, il y avait une violence constante et véritablement illimitée comme principe principal de gouvernement, le tsar russe Nicolas Ier a été officiellement déclaré « fou ». Il semble que le rejet particulièrement vif du tsar ait pu être provoqué par une déclaration perspicace de Tchaadaev, relatée dans ses Lettres philosophiques : « En parlant de la Russie, on imagine constamment que l’on parle du même État que les autres ; en fait, ce n’est pas du tout le cas. La Russie est un monde à part, obéissant à la volonté, à l’arbitraire, à la fantaisie d’un seul homme – qu’il s’appelle Pierre ou Ivan n’a pas d’importance : dans tous les cas, il s’agit également de la personnification de l’arbitraire. Contrairement à toutes les lois de la société humaine, la Russie ne marche que dans le sens de son propre asservissement et de l’asservissement de tous les peuples voisins. Il serait donc utile, non seulement dans l’intérêt des autres nations, mais aussi dans son propre intérêt, de la forcer à emprunter de nouvelles voies ».

Il est évident que Chaadaev entendait par « Pierre » Pierre le Grand, et par « Ivan » Ivan le Terrible. Leurs activités étaient en effet en grande partie de l’ordre de l' »arbitraire » en tant que violence universelle dans l’État. Tous deux ont agi « en opposition avec toutes les lois des relations humaines », essentiellement l’interaction entre les personnes, matérielles et spirituelles, vitales, matérielles et spirituelles. C’est sur cette base que tous les autres « Petras » et « Ivans » en tant qu’autocrates étaient et sont toujours basés.
Dans le roman d’A.K. Tolstoï « Le Prince d’Argent » (1863), Ivan le Terrible apparaît comme un autocrate véritablement fou dans sa violence pathologique. Dans le roman d’A.N. Tolstoï « Pierre le Premier » (1929-1949), l’empereur, dans sa violence débridée, se montre comme un véritable fou.
Par ailleurs, dans la comédie d’AS Griboyedov « Woe from Wit » (1833), le héros Chatsky (une variante de la comédie) porte le nom de famille Chadsky, ce qui est une allusion évidente à Chaadaev. La critique acerbe de la violence comme principe d’administration de l’État par la société laïque officielle valut à Chatsky d’être déclaré « fou ». Il a « perdu la tête ». À son tour, Chatsky lui-même, dénonçant une telle société, la qualifie de « folle ». En effet, la violence est en principe inséparable de la folie, et la folie est inséparable de la violence. Les « fous » sont ceux qui, d’une manière ou d’une autre, soutiennent et exercent la violence, et non ceux qui ne la reconnaissent pas et ne la condamnent pas.
L’histoire est sujette à une certaine répétition, même si, comme le pensait G.F. Hegel, « l’histoire n’apprend rien aux nations et aux gouvernements ».

Les écrivains classiques russes ont développé une « langue d’Esope » spéciale (des analogies historiques cachées) autorisée par la censure tsariste. La « langue d’Ésope » est préservée jusqu’à aujourd’hui. Il vit et sert actuellement à affirmer la paix dans le monde, un monde sans violence.
Dans la satire allégorique de M.E. Saltykov-Shcheded. L’histoire d’une ville » (1870) de Saltykov-Chtchedrine, des autocrates russes présentant des signes évidents de folie sont présentés sous les traits de gouverneurs. Tous les coups d’État dans la ville de Glupov se terminent dans la violence : le prochain « Ivashka et Nikishka ont été jetés du raskat » (toit). La violence ressemble dans ce cas à de la folie, et la folie se réalise par la violence.
De nos jours, divers apologistes de la guerre décrivent de manière démagogique et sophistiquée les « beautés de la guerre », psychologiques et autres, comme étant la violence, sa valeur durable pour l’humanité, matérielle et spirituelle. Le soi-disant « art de tuer » les ennemis est glorifié de toutes les manières possibles. Cela ressemble à une véritable folie. Il est temps de mettre fin à ces exercices de quelque manière que ce soit, naturellement, légalement, et d’exclure la violence en tant que norme d’existence de la vie de l’humanité, de chacun et de toute chose, au moins dans un avenir prévisible.

Le fait que de nombreuses personnes s’habituent progressivement à la violence comme norme de leur propre existence et de leur folie, ce qui se concrétise dans la pratique de la vie, est particulièrement négatif et met en danger la vie de l’humanité, de chacun et de tous.
Même F.M. Dostoïevski affirmait que « l’homme s’habitue à tout ». Une telle habitude est particulièrement dangereuse pour un être humain et il est grand temps de la surmonter, matériellement et spirituellement.
La violence ne renforce en rien la sécurité humaine ; au contraire, elle l’affaiblit et la rend vulnérable à toute violence proche de la folie.
Dans l’histoire, la violence s’est souvent transformée en folie, et la folie a engendré la violence. Ce phénomène, qui est véritablement historique mondial, a été fidèlement reproduit par la littérature mondiale des différentes nations.
Déjà dans l' »Iliade » d’Homère, il a été démontré de manière convaincante comment la violence débridée s’est transformée en véritable folie, qui trouve son expression réelle dans la violence.
La violence voulue et universelle dans l’Égypte ancienne, qui a conduit à une géopolitique insensée, a été décrite de manière impressionnante par B. Prus dans le roman « Pharaon » (1885).
Dans l’ancienne Carthage, la violence sans limite, à la fois cruelle et légalisée, devient une folie générale, comme le montre G. Flaubert dans son roman « Salammbo » (1862).

Dans le roman de G. Sienkiewicz « Kamo Gredeshi » (1894-1896), l’empereur romain Néron, qui met en œuvre une violence sophistiquée, éprouve un plaisir fou.
Dans la nouvelle de M. Twain « Le prince et le mendiant » (1882), le roi anglais Henri VIII, partisan convaincu de toute violence, semble en même temps fou.
В. Hugo, dans le roman « 93e année » (1884), la terreur jacobine apparaît comme une violence véritablement insensée.
Le roman épique de L.N. Tolstoï « Guerre et Paix » (1863-1869) montre que la guerre en tant que violence, et la plus diverse et la plus cruelle, n’est en principe pas naturelle pour la nature humaine. Même la guerre, géopolitiquement forcée et temporaire, viole et déforme le monde intérieur de l’homme sur le plan mental et psychologique, matériel et spirituel, signifiant en fait une forme particulière de folie. C’est la paix mondiale, la paix sans violence, qui correspond à la nature de l’homme, de chacun et de toute chose, qui constitue le sens philosophique de la vie. Tolstoï lui-même était intérieurement opposé au mal, et non à la violence, qu’il considérait comme le principal mal, matériel et spirituel.
La pièce « Per Gyunt » (1867) du dramaturge norvégien G. Ibsen montre comment la violence devient une véritable folie exprimée, essayant d’arrêter le désir de liberté du héros, le rendant obéissant à la violence et donc, à sa manière, fou, passif-tranquille.
Dans le roman de F.M. Dostoïevski « Les démons de la violence » (1871-1872), la possession matérielle et spirituelle des gens les rend véritablement fous.

Le nazisme en tant que violence folle est décrit de manière expressive dans le roman « Le procès » (1935) de W. Bredel et dans le roman « La septième croix » (1935) d’A. Zegers. Zegers « La septième croix » (1942).
В. Kataev, dans son roman « Déjà écrit Werther » (1980), a montré que la violence de masse et aveugle est commise par des personnes vraiment folles. Le titre du roman n’est pas fortuit. Dans Les douleurs du jeune Werther (1774) de J.W. Goethe, Werther lui-même souffre de ses doutes et de ses hésitations. Dans Kataev, d’autres personnes souffrent de la violence insensée qui leur est infligée.
Même N.A. Nekrasov a exhorté les écrivains à « semer le raisonnable, le bon, l’éternel ». Il s’agit là, en substance, de l’affirmation de la paix mondiale, d’un monde sans violence et sans folie géopolitique, pour lequel les écrivains « diront » merci, du fond du cœur, et pas seulement au « peuple russe ».

Dans la vie, le processus de transformation de la violence en folie et de la folie en violence se manifeste de manière négative.
Toute la structure idéologique et artistique de la littérature mondiale a convaincu le lecteur de l’inhumanité et de l’inadmissibilité de la transformation de la violence en folie et de la folie en violence. La modernité attend des écrivains qu’ils reproduisent ce processus de manière véridique et impressionnante.
Il est révélateur que, dans le passé comme aujourd’hui, le discours des gens contre la violence à leur égard ait été et soit qualifié de « rébellion » contre eux-mêmes par les autorités, et qu’elles demandent et exigent son interdiction par l’État. FV estime qu’il serait préférable d’interdire toute violence qui conduit à la folie.
Il convient également de préciser que la réconciliation n’est pas identique à l’interaction. Elle est relativement privée et temporaire, et l’une des parties à la réconciliation veut, au moins à certains égards, surpasser l’autre partie au conflit.
L’énergie qui s’accumule naturellement dans l’homme devrait être canalisée à des fins pacifiques plutôt que militaires. C’est une sorte de loi de la nature qui assure à l’homme sa vie normale-naturelle, matérielle et spirituelle.
Après la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle son fils est mort, Ear Kipling a écrit « Epitaph of War », dans lequel il déclare explicitement : « Si quelqu’un demande pourquoi nous sommes morts, nous lui répondons – parce que nos pères nous ont menti ». Le mensonge en temps de guerre n’est jamais un moyen de salut. Il est ruineux pour le menteur lui-même et pour les personnes qu’il a trompées. Nous devrions toujours nous en souvenir, en particulier dans les difficiles conditions géopolitiques actuelles.
Même Pouchkine disait que si l’on entreprend de mentir, il faut le faire avec habileté et talent. Cela est relativement rare de nos jours. Il faut mentir avec inspiration et enthousiasme, avec une pression intérieure et une conviction démonstrative de son bon droit, avec inspiration et enthousiasme, avec des arguments audacieux et nouveaux, et non avec des expressions faciales ennuyeuses et sans signification, en bafouillant et en bougeant à peine les lèvres, et avec des baisers rituels. Alors, peut-être que quelqu’un y croira. Le mensonge est une sorte d’art qui n’est pas donné à tout le monde et pas immédiatement. Le public le plus divers le ressent et le comprend bien.

De nos jours, nous nous souvenons du colonel Skalozub dans « Woe from Wit » de Griboïedov et de ses célèbres paroles : « Je vous donnerai un officier de campagne à Voltaire », qui vous construira « en trois rangs et vous calmera en un rien de temps ». Il y a aujourd’hui beaucoup d’officiers de terrain, mais il est peu probable qu’ils « calment » tout le monde. Voltaire n’est comparable à aucun feldfebel, ni à aucun « scalozuby » (ce mot signifie moquerie méprisante). Comme on le sait, cela n’a pas marché dans le passé. Et aujourd’hui, il y a beaucoup de « feldfebels » dans la vie, mais on ne voit pas Voltaire. On connaît l’attitude négative de Voltaire à l’égard du cléricalisme.

En son temps, le comte A.K. Tolstoï a mis en garde : « il est gluant de marcher sur d’autres pierres, nous ferions mieux de garder le silence sur ce qui était proche de nous ». Le comte L.N. Tolstoï a déclaré haut et fort : « Je ne peux pas me taire ». L’époque actuelle est telle qu’il est vraiment impossible de se taire et que nous devons avant tout parler de la paix dans le monde, d’un monde sans violence.
Pour FV, la violence et la folie représentent une stimulation mutuelle, matérielle et spirituelle, dans la mesure la plus différente et dans l’expression la plus différente, négativement matérielle et négativement spirituelle. Elles mettent réellement en danger la vie de l’humanité, de chacun d’entre eux, et peuvent et doivent être surmontées par divers moyens, en excluant complètement de la vie matérielle et spirituelle de l’humanité, de chacun d’entre eux, ses intérêts vitaux matériels et spirituels.

C’est l’interaction qui élimine réellement la négativité matérielle et spirituelle de la vie des gens et qui favorise la création et l’établissement d’un monde sans violence, matérielle et spirituelle.

©
28.12.2023 Saint-Pétersbourg