février 26, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

« PHILOSOPHIE DE L’INTERACTION » SUR LES DÉCOUVERTES ET LES PSEUDO-DÉCOUVERTES

Prof Andrei N. Izueitov                         Mahatma Prof Santhi Jayasekera

 

Prof A.N. Izueitov , Mahatma Prof Santhi Jayasekera. « Philosophie de l’interaction » sur les découvertes et les pseudo-découvertes

Chers collègues !

J’espère que vous serez d’accord avec moi pour dire que l’essentiel pour la science est la découverte de tout ce qui est vraiment nouveau dans la réalité, à tous les niveaux et dans toutes les manifestations de l’interaction des principes matériels et spirituels inhérents à la réalité elle-même.

La découverte est l’interaction, matérielle et spirituelle, du but et du résultat de la recherche scientifique. Dans la découverte, le but est productif et le résultat est intentionnel. Le but et le résultat sont matériellement et spirituellement significatifs, étant en interaction, matérielle et spirituelle.

Les découvertes scientifiques sont, par essence, « binaires ». Il s’agit d’une affirmation de quelque chose de nouveau dans la réalité, jusqu’alors inconnu de la science, et en même temps d’une interaction avec l’explication de l’existence réelle de cette nouveauté sur le plan matériel et spirituel.

La « binarité » signifie « deux en un », et non « deux séparés » ou « deux côte à côte » comme dans le dualisme.

De nombreuses personnes n’acceptent pas facilement les perceptions fondamentalement nouvelles du monde qui les entoure que leur offrent les découvertes fondamentales, et plus leur résistance intérieure à les accepter est forte, plus elles dépassent fortement et visiblement leurs perceptions traditionnellement stables du monde. C’est naturel, et il faut du temps et de la patience pour affirmer la nouveauté dans la science et dans la vie.

Р. Descartes pensait à juste titre que la vérité devait être recherchée dans l’indomptable effort humain vers le « nouveau », et non dans la rétention militante de l' »ancien », et que « pour trouver la vérité, chacun doit au moins une fois dans sa vie se libérer des perceptions qu’il a apprises et reconstruire entièrement le système de ses vues ». C’est ce que la philosophie de l’interaction (PI) demande constamment et avec insistance et ce à quoi elle ressemble essentiellement.

Pouchkine avait profondément raison lorsqu’il affirmait que « les changements les meilleurs et les plus simples sont ceux qui proviennent de l’amélioration des mœurs sans aucun bouleversement violent ». « Les changements les meilleurs et les plus simples sont apportés par des découvertes scientifiques vraiment fondamentales, qui requièrent l’honnêteté et la sincérité du découvreur, ainsi qu’une grande moralité de sa part. Elles ne tolèrent aucune violence, qu’elle soit matérielle ou spirituelle.

Il convient de souligner que l’interaction n’est pas une transaction. Le principe « tu es à moi et je suis à toi » ne s’applique pas dans l’interaction, comme dans une transaction, mais le principe « nous sommes l’un pour l’autre » dans des intérêts mutuels et communs, chacune des personnes en interaction ne s’oubliant pas et n’oubliant pas l’autre. L’interaction est volontaire et vitale pour les deux parties. La transaction est forcée dans une certaine mesure : elle est nécessaire, elle est habituelle. La transaction peut être interrompue par l’une des parties au moment opportun. L’interaction ne peut être interrompue que simultanément et bilatéralement.

La science ne devrait pas considérer ses propres perspectives d’interaction avec la politique, mais entrer en interaction directe avec elle à différents niveaux et dans différentes manifestations importantes pour la science.

Il est révélateur qu’en Occident soit apparue, si je puis dire, une philosophie qui prétend que la science n’est pas la science et que tout dans le monde est construit par certains « systèmes de langage » et « subconscients », de sorte que « la connaissance objective est impossible à atteindre ». Il s’agit d’une variante de l’agnosticisme. Naturellement, il n’est pas question de faire des découvertes. La SF est l’avenir du monde entier, un monde sans violence, matérielle et spirituelle. La science, par ses découvertes, est appelée à l’affirmer matériellement et spirituellement.

Le langage n’existe pas par lui-même ou arbitrairement. Il désigne des phénomènes réels, matériels et spirituels, que la science peut appréhender et qui contiennent donc des découvertes.

La science moderne ne peut en principe pas rester à l’écart, matériellement et spirituellement, des guerres qui font rage sur notre planète et qui menacent la vie de l’homme, de tous et de tout.

La science, par essence, est pacifique. Le but de la science est d’apporter aux gens le bien et non le mal. Par ailleurs, les réalisations de la science peuvent en fait être utilisées à des fins anti-humaines. C’est particulièrement vrai pour les découvertes fondamentales.

Ainsi, le « père de la bombe atomique » Robert Oppenheimer, comme on l’appelle, était d’abord très enthousiaste à propos de la « physique intéressante », mais après avoir vu la mort massive de personnes causée par la bombe atomique, créée sur la base de sa découverte fondamentale, il est tombé dans une profonde dépression et est mort peu de temps après. La physicienne autrichienne Lise Meitner, surnommée « la mère de la bombe atomique », a découvert théoriquement la possibilité de la bombe atomique, mais a refusé de participer à sa création pratique en tant qu’arme de destruction massive des populations.

Ces exemples sont très instructifs pour les scientifiques d’aujourd’hui. La science peut et doit servir non pas la guerre, mais la paix mondiale. C’est ce qu’ont compris les scientifiques pionniers eux-mêmes et de tels « parents » ne sont pas dangereux pour leurs « enfants ».

À notre époque, de nombreuses personnes, pour se rassurer face à l’émergence possible d’armes de destruction humaine encore plus puissantes que celles existantes, se réfèrent aux mots de Pouchkine : « Le génie et la méchanceté sont incompatibles ». En fait, chez Pouchkine, ils se présentent différemment. Dans la tragédie de Pouchkine « Mozart et Salieri », ils sont prononcés sous la forme d’une question-réponse par Salieri et Pouchkine lui-même est entièrement d’accord avec eux : « Le génie et la méchanceté sont incompatibles. Ce n’est pas vrai ». En effet, dans la réalité, « génie et méchanceté » sont tout à fait coopératifs. Nous pouvons dire que le génial « père de la bombe à hydrogène » Edward Teller était en tout point et constamment fier de l’arme de destruction massive des personnes qu’il avait créée et n’éprouvait aucun remords, contrairement à Oppenheimer, le « père de la bombe atomique ». Comme on le voit, les « parents » sont différents, et les « enfants » doivent rester vigilants pour les arrêter à temps.

Comme on le sait, de nombreuses personnes, y compris des scientifiques, ont essayé en vain pendant de nombreux siècles d’établir comme absolues des définitions du bien et du mal qui seraient acceptées inconditionnellement par tous, partout, toujours et dans toutes les situations. Le fait est que les concepts de bien et de mal proposés sont soit trop abstraits, soit trop concrets et étroitement liés à des visions du monde conditionnées par l’histoire et à des comportements humains considérés comme normatifs pour être véritablement universels et éternels.

FV tentera de sortir de cette impasse. Pour FV, tout ce qui, en principe, d’une manière ou d’une autre, matériellement et spirituellement, favorise l’interaction, matériellement et spirituellement, est bon.

Tout ce qui, en principe, d’une manière ou d’une autre, matériellement et spirituellement, s’oppose à l’interaction, matériellement et spirituellement, la perturbe et la détruit par la violence, matériellement et spirituellement, est le mal.

Le bien et le mal représentent l’interaction du général et du particulier, de l’immuable et de sa manifestation historique, de l’objectif et du subjectif, du typologique et de l’immédiat-individuel, du naturel et de l’acquis, de l’indépendant et de l’éduqué, etc. Il est impossible d’en énumérer tous les aspects. Il est impossible d’en énumérer tous les aspects. L’essentiel est que ce sont précisément l’interaction et l’anti-interaction qui, en principe, interagissent entre elles, matériellement et spirituellement, intuitivement et consciemment. Goethe a écrit avec perspicacité sur « le pouvoir qui veut éternellement le mal, qui ne crée qu’une seule bonne chose ». Il existe également une expression : « l’enfer est pavé de bonnes intentions ». C’est ainsi qu’elle s’exprime. Il n’y a pas d’absolu du bien et du mal, il est vain et inutile de les chercher. Si, d’une manière ou d’une autre, on parle du « vrai absolu », il s’agit de l’interaction, matérielle et spirituelle.

Le bonheur est aussi, par essence, l’interaction de l’homme, matérielle et spirituelle, avec la nature qui l’entoure, animée et inanimée, avec ses propres créations, avec ses proches et avec lui-même.

Aujourd’hui, en géopolitique, comme le pense le FV, le pacifisme, qui est fondamentalement lié à la science, joue un rôle tout à fait exceptionnel. Le pacifisme (du latin pacificus – pacification) désigne une vision du monde particulière qui condamne toutes les guerres et exige l’instauration d’une paix universelle sur Terre.

Alfred Nobel était un pacifiste, puisqu’il a créé un prix international de la paix en son nom pour « promouvoir la paix dans le monde ». Il considérait que « toute guerre est une barbarie » et essayait potentiellement et par tous les moyens d’empêcher toute guerre.

Fait révélateur, la première femme à recevoir le prix Nobel de la paix était une pacifiste convaincue et active, Bertha von Sutner. Zutner était une défenseuse de la vie de tous les habitants de la Terre contre toute guerre, éditrice d’un magazine spécial intitulé « À bas la guerre ! » et d’un roman du même nom. Rappelons à cet égard E. Hemingway avec son roman « L’adieu aux armes », opposant à toute guerre et également lauréat du prix Nobel.

C’est le pacifisme qui devient aujourd’hui le véritable étendard de l’époque pour les défenseurs de la paix dans le monde.

Il est grand temps de remplacer le slogan « para bellum » (préparez-vous à la guerre) par « para pax » (préparez-vous à la paix). La préparation à la guerre conduit inévitablement à la guerre et y aboutit.

La préparation à la paix enseigne la défense opportune et habile de la paix mondiale et l’élimination de la menace de toute guerre.

Il est temps de créer une histoire de l’humanité fondamentalement nouvelle, sans aucune guerre dans le présent et l’avenir.

Il n’existe pas de « lois spéciales de la guerre ». Sa seule « loi » est de tuer les gens sans les différencier. Il est temps d’arrêter la démagogie réconfortante. En principe, la guerre ne se fait pas sans victimes innocentes, il est impossible de les éviter. Il faut s’en rendre compte et arrêter toute guerre.

Il est démagogiquement considéré comme un « travail » de tuer des gens en masse à la guerre. Plus on tue, meilleur est le « travail ». C’est une profanation du phénomène même et du concept de « travail », qui est toujours créatif.

Les conflits militaires sur Terre ne cesseront pas tant que l’on ne cessera pas de diviser les gens en « nôtres » et « non nôtres », « leurs » et « non leurs ». Même les « nôtres » tués sporadiquement sont pleurés. Les masses de « non nôtres » tués ne sont même pas remarquées. Pour l’humanité, tous les peuples ont été, sont et seront des peuples « nôtres » et « nôtres » et tous les peuples ont toujours eu et auront besoin de vie, matériellement et spirituellement, de paix dans le monde.

Actuellement, une grande partie des gens sont dans un état de « pandémie militariste », touchés par le « virus du militarisme ». Une véritable « folie militarisée » s’est installée, voire un « syndrome de la guerre » est apparu. Il est impossible de ne pas le reconnaître.

Le pape François avertit opportunément, en se référant aux différentes guerres locales qui se déroulent déjà sur notre planète, qu’une guerre mondiale partielle a commencé et que « personne ne s’en préoccupe ». Il est temps de passer des paroles aux actes. Le monde est en effet menacé de mort. Il ne faut pas se réfugier derrière la guerre, mais l’exclure complètement de la vie de l’humanité.

Actuellement, il n’y a pas de guerres « justes » et « injustes ». Toutes les guerres sont « injustes ». Toutes les guerres ont pour but d’annexer par la force au territoire de son pays une partie du pays en guerre contre lui et de se renforcer ainsi géopolitiquement. Il s’agit clairement d’une violation de la paix mondiale. Il ne devrait pas y avoir de guerres sur notre planète. C’est vital pour l’humanité, pour tous et pour chacun.

En même temps, nous nous souvenons des mots de Pouchkine : « il y a de l’exaltation dans la bataille, et un abîme lugubre au bord ». Il s’agit là aussi d’un « syndrome mortel ». Le réalisateur américain Martin Scorsese a clairement montré l’attrait de la violence en tant que plaisir cruel qui met la vie en danger. Un tel « syndrome » doit être surmonté le plus rapidement possible, et plus vite il le sera, mieux ce sera pour toute l’humanité. La guerre est mortelle pour tout le monde et le sera toujours pour tout le monde.

En même temps, il faut dire qu’il y a d’autres menaces réelles pour la vie de l’humanité, de chacun. Elles aussi doivent être vues, prises en compte, expliquées et, d’une manière ou d’une autre, surmontées.

Aujourd’hui, nous avons déjà abandonné la théorie selon laquelle les émissions industrielles de dioxyde de carbone augmentent la température à la surface de la Terre. Une nouvelle théorie est apparue, selon laquelle le processus naturel de dégazage de la Terre et la désintégration de l’isotope du potassium influencent le réchauffement de la surface de la Terre. Pour FW, il s’agit d’une pseudo-révélation flagrante.

Dégazer signifie éliminer les gaz nocifs. Quels sont les gaz nocifs présents sur la Terre, comment et où sont-ils éliminés ? Cela nous laisse dans l’expectative. Le potassium, en tant que métal alcalin, occupe la septième place dans la croûte terrestre. On ne sait pas très bien ce qu’il a à voir avec les gaz, en particulier les gaz nocifs, ni comment le potassium influe sur l’augmentation de la température à la surface de la Terre. La question reste ouverte. La Terre est trop grande pour dépendre de certains processus privés et douteux qui se produisent d’eux-mêmes.

La nanotechnologie, considérée comme une découverte fondamentale, est en réalité une pseudo-découverte, extrêmement dangereuse pour la vie humaine. La « nanotechnologie » est déjà utilisée en médecine pour remplacer les globules rouges du sang humain par des nanoparticules. Une injection est faite et plusieurs trillions de « nanorobots » apparaissent dans le sang humain. Il est difficile de l’imaginer et encore moins de le ressentir directement. Naturellement, l’issue fatale d’une telle expérience est inévitable. Il n’est pas nécessaire d’expérimenter sur des êtres humains et d’essayer de remplacer le naturel par l’artificiel. Il n’en sortira rien d’utile pour l’homme.

Comme l’a écrit Pouchkine, « il y a d’étranges convergences dans la vie », et elles deviennent de véritables découvertes. Ainsi, en 1913, l’opéra « Victoire sur le soleil » de Mikhaïl Matyushin a été mis en scène en Russie, où est apparu pour la première fois le célèbre « Carré noir » de l’artiste Kazimir Malevitch. Le « Carré noir », symbole du cosmos, a vaincu par lui-même l’impact destructeur pour l’homme du rayonnement thermique solaire le plus intense. Récemment, le milliardaire Bill Gates a proposé de protéger certaines zones de la surface de la Terre du rayonnement thermique solaire actif et destructeur à l’aide d’aérosols spéciaux ayant la forme d’un « carré noir ». Voyons ce qu’il en est. En tout cas, le « rapprochement » est en marche.

On prétend souvent que tout le monde doit adhérer aux « valeurs traditionnelles ». Il ne s’agit pas d’une découverte. Ces « valeurs » sont trop vagues et imprécises, et elles ne sont pas données de manière systématique. Il y a des raisons de dire que la valeur traditionnelle pour tous les temps et pour tous est l’interaction, matérielle et spirituelle, dans la nature, dans la société et dans l’homme.

L’introduction du terme « révolution de velours » au sens large, qui désigne une transformation relativement « douce », non violente et en même temps fondamentalement importante de ce qui existe déjà, est considérée comme une découverte dans la géopolitique moderne. De toute évidence, il est également possible d’introduire la notion de « découverte de velours », c’est-à-dire une découverte non violente, perçue « en douceur » et fondamentalement nouvelle, réalisée dans le domaine des sciences fondamentales. La SF peut être considérée, dans un certain sens, comme un analogue de la « découverte de velours » et, à son tour, comme un analogue de la « révolution de velours ».

À l’heure actuelle, on considère comme une découverte fondamentale le fait de remplacer complètement par des appareils les êtres humains en tant que pilotes et chauffeurs dans l’aviation et les transports motorisés. Des tentatives pratiques sont déjà en cours. Du point de vue du FV, c’est très dangereux pour la vie des personnes, des passagers de ces transports, et, en fait, c’est une pseudo-découverte.

Une sorte d’expérience est déjà connue, qui a eu lieu en 1986. Le pilote d’un avion TU-134 a consciemment renoncé à tout contrôle de l’avion et s’en est remis aux instruments. À l’atterrissage, l’avion a perdu toute orientation dans l’espace, a heurté le sol, s’est écrasé et a brûlé. De nombreuses personnes présentes dans l’avion sont mortes. Il vaut la peine de répéter une telle expérience, qui est très instructive et d’une importance fondamentale. Avec le « pilote automatique », le pilote surveille constamment les instruments et corrige leurs relevés.

Aucun instrument, même le plus parfait, ne peut remplacer totalement un être humain lorsqu’il contrôle un système complexe en mouvement. L’instrument ne peut que fournir des données préliminaires et relativement précises pour le contrôle. La réaction spirituelle et pratique de l’homme aux diverses surprises et apparitions soudaines est plus sensée, plus prévoyante, plus opérationnelle et même plus rapide que celle de n’importe quel appareil préprogrammé pour certaines lectures. Les instruments aident la personne à prendre sa propre décision. D’ailleurs, un instructeur est placé dans une voiture sans chauffeur pour l’assurance.

Il faut une interaction entre une personne et des appareils, avec un rôle de direction et de contrôle de la part de la personne. Il est peu probable que de nombreuses personnes acceptent de monter dans une voiture ou un avion vide, sans chauffeur ni pilote. C’est très dangereux et très peu familier. Les gens préféreraient probablement un avion ou une voiture avec un pilote et un chauffeur. Prévenu signifie prévenu. Telle est la réalité.

Les « apologistes » modernes du transport aérien sans pilote et du transport automobile doivent se rappeler que l’exploitation de « drones », des aéronefs de petite taille contrôlés par une personne depuis le sol, est différente, en principe, des avions et des voitures sans pilote ni chauffeur. Dans ce cas, le terme « drone » désigne des phénomènes différents. L’étymologie implique le sens précis d’un mot lorsqu’il est utilisé. En ce qui concerne le « drone », ce n’est pas le cas, et pas seulement en ce qui le concerne.

De nos jours, on parle beaucoup et on écrit relativement moins (c’est une question très responsable et sérieuse) sur la nécessité d’un « monde multipolaire ». Une telle déclaration et un tel concept, si je puis dire, ne peuvent en aucun cas être reconnus comme une découverte scientifique et quelque chose d’utile pour le développement de la science, matériellement et spirituellement.

Recourons, et ce n’est pas la première fois, à l’étymologie pour « sauver le monde de la confusion »

Le mot « pôle » (d’où dérive le mot « polarité ») – du latin polus – désigne le point extrême imaginaire de l’axe de la Terre. Comme on le sait, l’axe ne peut avoir que deux extrémités. En principe, il ne peut y en avoir plus. « Bi » signifie « deux » en latin. « La bipolarité, c’est « deux pôles » comme deux extrémités de l’axe.

Il y a deux pôles sur terre : le nord et le sud, deux pôles magnétiques et deux pôles : le froid et le chaud. Il ne vient à l’idée de personne d’augmenter le nombre de ces « pôles » et d’y ajouter d’autres « pôles » portant un nom différent et situés à un autre endroit de la Terre.

En géopolitique, l’affaire est plus compliquée.

Pendant longtemps, il y a eu deux « pôles » universellement reconnus : l’URSS et les États-Unis, qui interagissaient matériellement et spirituellement. D’autres pays, d’une manière ou d’une autre, étaient situés entre ces « pôles » et interagissaient également, matériellement et spirituellement. Le monde était fondamentalement « bipolaire ».

Lorsque « l’un des pôles » s’est historiquement affaibli et que « l’autre pôle » s’est renforcé, on a commencé à parler d’un « monde unipolaire » dirigé par les États-Unis. Cependant, l’autre pôle n’a pas disparu du tout. L’URSS (à l’époque la Fédération de Russie), la RPC, Cuba, le Viêt Nam, le Sri Lanka, etc. sont restés.

Aujourd’hui, le monde sera et restera également « bipolaire » en principe. L' »un des pôles » est la RPC – un grand pays socialiste. « L’autre pôle : les États-Unis, un grand pays capitaliste. D’autres pays se situeront, d’une manière ou d’une autre, entre ces « pôles ».

Les pays individuels et leurs différents types d’associations (unions, blocs, alliances, consortiums, etc.) s’empressent de se déclarer « pôles ». En fait, il s’agit d’une « multirégionalité » spéciale dont les centres s’appellent eux-mêmes « pôles ».

Il est dans l’intérêt des « pôles » actuels et de toutes les régions d’interagir matériellement et spirituellement. Bien entendu, de la manière la plus diversifiée et à plusieurs niveaux.

D’un point de vue étymologique, avec une véritable science derrière l’étymologie, on pense que « un » est « petit » et que « deux » (« bi ») est « beaucoup » (plus qu' »un »). « Beaucoup » est plus que « deux ». Ainsi, « monde multipolaire » signifie étymologiquement « monde bipolaire ». Les partisans d’un « monde multipolaire » prônent en réalité, sans s’en rendre compte, un « monde bipolaire ».

Le « monde multipolaire » n’est pas en train de se former, il se dissimule sous lui, et pas très habilement.

Les « pôles » sont des opposés qui peuvent et doivent interagir. La source fondamentale et universelle du développement, en fait, n’est pas du tout la lutte des contraires, mais leur interaction à plusieurs niveaux et diversifiée, en fin de compte matérielle et spirituelle. C’est ce dont le FV est convaincu, et cela correspond à la réalité. La lutte en tant que violence ne stimule pas le développement, mais le retarde et même l’arrête. C’est l’interaction de différents commencements qui donne naissance à un nouveau phénomène et révèle la nouveauté dans un phénomène déjà existant. C’est le développement, qui peut être positif ou négatif dans sa direction et son résultat.

Le but et le sens de la « bipolarité » résident dans l’instauration universelle et globale, inébranlable et inébranlable, de la paix dans le monde, une paix sans violence, matérielle et spirituelle. Il s’agit là d’une découverte véritablement fondamentale et durable.

Nous pouvons dire que dans le monde moderne, les riches et les pauvres sont deux « pôles » socio-économiques inévitables qui peuvent et doivent interagir, matériellement et spirituellement, dans des intérêts vitaux mutuels, matériels et spirituels. En principe, un « pôle » n’existe pas en dehors et sans l’autre « pôle ». Ils sont appelés à coopérer, matériellement et spirituellement.

L’interaction des principes matériels et spirituels, avec le rôle le plus important du commencement spirituel, est la base du développement de la science et de ses véritables découvertes.

On considère comme une découverte fondamentale moderne le fait d’affirmer qu’il existe réellement des états de civilisation dans le monde. Du point de vue de la SF, il s’agit d’une pseudo-découverte.

La civilisation, par essence, est plus large et plus multiforme que l’État.

L’État de n’importe quel pays, ainsi que le pays, d’une manière ou d’une autre, font partie d’une certaine civilisation existante, qui comprend différents pays avec leurs États, et représente une période historique avec une interaction matérielle et spirituelle spéciale dans différents domaines de la vie matérielle et spirituelle de l’humanité, de tout le monde et de toute chose.

Un État restera un État, une civilisation restera une civilisation.

Ce qui naît de la civilisation n’est pas la propriété exclusive de l’État. Les États vont et viennent. La civilisation demeure.

Le vrai patriotisme consiste à s’estimer soi-même, mais pas à se considérer meilleur et plus parfait en tout, toujours, partout et par rapport aux autres. Il ne faut pas confondre hubris et orgueil.

La découverte d’un type particulier de « brins courts » dans l’ADN, qui étaient auparavant considérés comme des « déchets », constitue une découverte scientifique véritablement fondamentale. Il s’est avéré que ce sont les « courtes ramifications » qui régulent la vitesse et l’efficacité de la transmission des caractères héréditaires dans les gènes et rendent la manifestation de l’hérédité individuellement inimitable. Dans ce processus, les principes spirituels inhérents à l’ADN et aux gènes jouent un rôle important. Ils interagissent, stimulent et dirigent ce processus.

L’étymologie interagit étroitement avec l’histoire, ce qui nous permet de faire une sorte de découverte.

Rome, la capitale de l’Italie, est une ville. Il s’agit d’un mot masculin, mais lorsqu’on l’écrit et qu’on le prononce, il s’agit de Roma, c’est-à-dire d’un mot féminin. Le fait est que la personnification de la Rome antique était la reine païenne Roma, d’où le nom Rome – Roma, et non la mythique Romola. Nous pensons qu’il s’agit là d’une précision essentielle pour l’histoire. Avec les mots « Arriverderci, Roma », on dit au revoir à la ville de Rome comme à une femme. Cela ne surprend personne.

Le mouvement des Volontaires des Nations Unies s’étend à toute une série de phénomènes, y compris l’amour, qui est une découverte spéciale et permanente, d’une importance universelle pour tout le monde.

Pour FV, l’amour est une interaction « binaire » de principes matériels et spirituels tels que l’attraction et la contrainte, l’inattendu et l’attendu, l’intime et l’ouvert, l’individuel et l’universel, le permanent et le temporaire, le nouveau et le familier, inimitable et répétitif, tragique et comique, plaisir et souffrance, accidentel et régulier, soudain et long, harmonie et disharmonie, son et silence, intérieur et extérieur, familier et non familier, visible et invisible, national et extra-national, etc. д. Il est impossible de tout énumérer, et ce n’est pas nécessaire. L’amour est vraiment inépuisable dans son apparition et son expression. Et partout, toujours, en tout et en chacun, il est précisément l’interaction de différents commencements, finalement matériels et spirituels.

Dans son « testament » (1895), Alfred Nobel a déclaré que le prix portant son nom devrait être décerné pour « l’œuvre la plus remarquable dans la direction idéaliste ». Pour Nobel, cette « direction » était la reconnaissance et l’expression du rôle essentiel de l’élément spirituel (l' »idéal ») dans la vie humaine et dans l' »établissement de la paix mondiale ». Tous nos CNM s’appuient également sur de telles positions de principe.

Pour la science et la vie, les découvertes fondamentales les plus importantes et les plus significatives sont celles qui contribuent réellement, directement et indirectement, à la paix mondiale, à un monde sans violence, matérielle et spirituelle, ce qui est vital pour l’humanité, pour chacun d’entre nous, sur notre planète troublée.

En même temps, cela n’exclut pas l’utilisation négative et dangereuse pour la vie des découvertes fondamentales, en particulier des pseudo-découvertes.

Dans notre rapport, nous avons soigneusement et minutieusement examiné la base fondamentale de l’existence de la découverte et de la pseudo-découverte. Nous espérons qu’il y aura beaucoup plus de véritables découvertes scientifiques que de pseudo-découvertes. C’est en cela que consiste notre « optimisme prudent ». Qu’il en soit ainsi. Merci à tous pour votre attention et votre patience, que pouvons-nous faire, la science exige des sacrifices de notre part et de toutes sortes. C’est la vie.

Encore une fois, à tous ceux qui sont ici, directement et indirectement, merci de votre attention.

24.11.2023

Paris