février 26, 2024

LES SCIENTIFIQUES FRANÇAIS

REVUE DE PHILOSOPHIE DE LA PAIX

FORMATION PAS À PAS DE LA MOTRICITÉ DANS L’ENSEIGNEMENT DES TECHNIQUES DE KARATÉ À L’UNIVERSITÉ TECHNIQUE

Katansky S.A. Grand Docteur, Professeur à la MUFO, Esaulov M.N. K.T.N., Professeur associé au Département d’éducation physique du MEPhI, Paperno A.A. Maître de conférences au Département d’éducation physique du MEPhI.

Résumé. Méthodes de maîtrise rapide et qualitative des techniques de lutte debout dans la période de base de l’entraînement.

Mots-clés. Formation pas à pas des actions mentales et de l’habileté motrice.

L’expérience pratique à long terme du travail dans les établissements d’enseignement supérieur a montré que de nombreux étudiants de première année entrés dans le département d’éducation physique dans le but de choisir obligatoirement un type de sport pour la durée de leurs études, manifestent le désir de s’engager dans un type d’art martial tel que le karaté. Certains d’entre eux expliquent leur choix par le fait que quelqu’un de plus fort parmi leurs pairs les a offensés dans leur enfance et que, même adultes, ils continuent à ressentir de l’insécurité par rapport à leur force. D’autres ont admiré dans leur enfance, par le biais des médias, la force, le courage et la bravoure des représentants du monde des arts martiaux et souhaitent donc rattraper le temps perdu dans leur enfance et ressembler à leurs héros. Les troisièmes, qui ont pratiqué les arts martiaux, mais n’ont pas atteint le niveau technique souhaité, souhaitent améliorer leurs compétences sportives. Comme l’a montré l’évaluation de la condition physique des étudiants, la majorité de ceux qui sont entrés à l’université technique accusent un retard dans leur développement physique. Comme il est obligatoire de suivre deux fois les cours des départements d’éducation physique, les étudiants ont la possibilité d’améliorer leur niveau physique pendant quatre ans.

Mais après s’être inscrit dans la section, tout le monde ne peut pas supporter la durée de l’entraînement : pour certains, la charge est trop lourde, d’autres ont peur du combat, le troisième a une faible coordination qui ne lui permet pas d’apprendre qualitativement de nouvelles tâches, d’où l’apparition d’un complexe d’incomplétude, l’absence de cours sous divers prétextes, la frustration et la perte de temps destiné à l’épanouissement physique. Pour tenter d’éviter cela, le professeur doit faire preuve de compétences personnelles dans l’enseignement et amener l’élève à croire en sa propre force. La pratique montre que l’étude de tout art martial commence par la maîtrise de la technique de base, comprenant les mouvements coordonnés les plus simples, avec une transition progressive vers des mouvements de plus en plus complexes. L’objectif principal de l’étape de l’entraînement technique de base est de former un riche arsenal d’aptitudes motrices et de maîtriser les bases d’une technique rationnelle chez les athlètes inexpérimentés. À ce stade de l’entraînement, les experts recommandent de construire une séquence d’étude des actions techniques et tactiques selon les règles de la didactique : « du simple au complexe », « du facile au difficile ». Cependant, dans la grande majorité des méthodes d’enseignement proposées, on ne tient pas toujours compte des étapes de la formation de l’habileté motrice et de l’effet de son transfert d’une action motrice à une autre, qui, selon (Matveeva L.P., 1977 ; Novikov A., 1974 ; Bogena M.M., 1985), peut être à la fois positif et négatif. Il est devenu possible d’examiner ce problème d’assimilation des connaissances du point de vue de la théorie de la formation progressive des actions mentales et de la gestion du processus d’apprentissage, développée par le professeur Galperin P.Y., docteur en sciences psychologiques. Son utilisation suppose que, parmi la variété nécessaire d’actions techniques, on sélectionne des éléments qui pourraient être des points de référence clés pour leurs groupes apparentés et sur la base desquels une chaîne de complications ultérieures pourrait être construite. Cette approche du système de transmission des connaissances aidait les étudiants à assimiler consciemment le nouveau matériel et créait pour eux des conditions qui les forçaient à agir sous la forme requise et avec les indicateurs donnés. Les principales dispositions de sa théorie ont permis d’expliquer de nombreux phénomènes d’apprentissage, de justifier des méthodes efficaces dans l’organisation du processus d’apprentissage. Tout cela a permis d’accepter cette théorie comme un élément de la théorie méthodologique de l’entraînement des actions motrices. L’application de la théorie s’est reflétée dans les sciences du sport, ainsi (Chkhaidze L.V., 1948) l’a utilisée dans l’enseignement du cyclisme, (Pokrovskaya-Rudenko N.G., 1959) – dans la gymnastique, (Palii V.K., 1974) – dans l’acrobatie, (Shadrin M.V., 1965) – dans l’entraînement des kayakistes, etc.

Afin de vérifier l’utilisation de la théorie de la formation progressive des actions mentales et de la gestion du processus d’enseignement des techniques de karaté, une expérience pédagogique a été menée.

Pour l’expérience pédagogique, deux groupes d’athlètes de vingt personnes chacun ont été créés parmi les étudiants de l’université. L’analyse de photos et d’images filmées de frappes de mains a permis d’établir que le mouvement clé dans l’exécution de ces techniques est la rotation vers l’avant de l’articulation de la hanche, qui transmet sa force à travers le torse jusqu’à la surface de frappe du membre supérieur. Afin de mettre l’accent sur ce mouvement lors de l’exécution de coups avant avec la partie antérieure du poing, une série d’exercices préparatoires spéciaux a été mise au point et utilisée dans l’entraînement du groupe expérimental. Au total, deux coups avant avec la partie avant du poing ont été testés : l’un a été exécuté à partir de la position différentielle de combat, l’autre à partir de la position unilatérale de combat.

Afin d’étudier les frappes avant avec la partie avant du poing à partir de la position de combat différentielle, la série suivante d’exercices préparatoires spéciaux a été effectuée. Les stagiaires s’abaissaient sur un genou de manière à ce que les fesses touchent le talon, puis, sur commande, exécutaient le mouvement de l’articulation de la hanche vers l’avant jusqu’au redressement complet de la cuisse et, en même temps, imitaient un coup de poing vers l’avant, l’arrêtant 1 cm devant le dos du partenaire, ce qui servait de point de référence pour tourner le torse à l’angle voulu (Fig. 1-3).

            Fig.1 Fig.2 Fig.3

Ensuite, l’exercice a été effectué avec une transition d’une position frontale étroite à une position de combat avec l’imitation simultanée d’un coup de poing avant avec la partie avant du poing de la main opposée.

Au stade suivant, les stagiaires se sont mis en position de combat, ont mis les mains sur la taille, ont légèrement fléchi la jambe arrière au niveau du genou et ont effectué un mouvement de l’articulation de la hanche vers l’avant jusqu’à une rotation du talon vers l’extérieur, de face. Enfin, le même exercice a été effectué, mais avec une imitation d’un coup de poing avant avec la main opposée.

Une autre série d’exercices préparatoires spéciaux a été réalisée pour apprendre les frappes avant avec la partie avant du poing à partir de la position de combat à une main. Les stagiaires s’agenouillaient sur les deux genoux et, sur commande, exécutaient le mouvement de l’articulation de la hanche vers l’avant jusqu’à ce que les hanches soient complètement tendues ; en même temps, ils imitaient un coup de poing vers l’avant (Fig. 4-6). Ensuite, l’imitation de coups de poing directs avec le même poing a été effectuée pendant la transition de la position « chat » à la position de combat.

Fig.4 Fig.5 Fig.6

Ensuite, l’imitation de coups alternés vers l’avant avec le poing de la main droite ou gauche à partir de la position de combat a été effectuée en mettant l’accent sur la rotation vers l’avant de l’articulation de la hanche tout en se tenant sur place et en se déplaçant vers l’avant, vers l’arrière et sur les côtés. Les coups ont été étudiés à la fois à la tête et au torse, chacun d’entre eux étant un point de référence pour le suivant.

L’expérience pratique a montré que dans l’étude des techniques de karaté, les plus difficiles à maîtriser techniquement sont les coups de pied et les coups de pied. Par conséquent, une série d’expériences a été menée pour étudier la technique de base dans la période préliminaire de l’entraînement, où une série d’exercices préparatoires spéciaux ont été utilisés pour assurer la maîtrise du matériel d’entraînement pertinent.

Dans le groupe expérimental, la méthode suivante d’enseignement des coups de pied a été utilisée.

1) Tout d’abord, le coup de genou a été appris, qui comprend un point de repère et l’élément clé de tous les autres coups de pied.

et l’élément clé de toutes les autres techniques de coups de pied – un mouvement naturel et haut de la cuisse vers le haut (1 – 2 leçons).

2) Ensuite, au cours des 30 leçons suivantes, nous avons appris le coup de pied avant, le coup de pied arrière et le coup de pied latéral en utilisant des exercices sous-jacents et des points de repère qui permettent de monter haut la hanche, de tendre complètement la jambe au bon angle, de positionner correctement le pied et de stabiliser la position du corps.

Séquence d’apprentissage des coups de pied avant.

 

Fig.7 Fig.8 Fig.9 Fig.10 Fig.11 Fig.31

Séquence des coups de pied d’apprentissage sur le côté.

Fig.32 Fig.33 Fig.34 Fig.35 Fig.36 Fig.37.

Séquence de coups de pied d’apprentissage vers l’arrière.

Fig.38 Fig.39 Fig.40 Fig.41 Fig.42 Fig.43

Tous les coups de pied mentionnés ci-dessus ont d’abord été appris en position assise ou couchée, puis à genoux, en se tenant par la main au mur, en mettant et en portant une jambe sur le dos d’un partenaire debout à quatre pattes (Fig.7-43). Lors de l’apprentissage des coups de pied et des coups de pied avec les mains, le groupe de contrôle a été entraîné selon le schéma d’entraînement traditionnel, et le groupe expérimental – selon le système de formation pas à pas de l’habileté motrice avec l’utilisation de points de repère et d’exercices de guidage spéciaux. Les deux groupes ont appris quatre coups de pied différents : avant, arrière, latéral, genou et deux coups de pied droit avec le poing.

Un comité d’experts composé de trois membres a été mis en place pour les tests de contrôle. La commission a compté le nombre de tentatives de briser des planches de 35 x 35 cm avec différentes parties du corps et a évalué sur une échelle de cinq points la qualité de l’imitation des coups de poing droits et la qualité de l’imitation des coups de pied en l’air.

Les différences entre le groupe expérimental et le groupe de contrôle étaient de 11,9 % (p<0,05) dans l’exécution de coups de poing droits à partir des positions de côté différent et de côté inférieur. 2. Lors de l’exécution de coups de pied, les différences entre le groupe expérimental et le groupe témoin étaient de 12,8 % (p<0,05). 3. Dans le groupe expérimental, 55% des étudiants ont cassé les planches, et dans le groupe de contrôle – 35%. Les différences entre les groupes sont statistiquement significatives. L’expérience a été poursuivie au cours du semestre suivant de l’année académique. Les cours ont été dispensés dans les mêmes groupes, le groupe de contrôle a également suivi le programme d’entraînement traditionnel et l’entraînement du groupe expérimental s’est appuyé sur les méthodes suivantes d’amélioration progressive des capacités motrices. En préparation de l’expérience, quatre coups de pied ont été pris comme base : avant, latéral, arrière, circulaire avant ; et quatre coups de main : poing avant, coude, bord de la paume et base de la paume. Les coups de pied ont été perfectionnés d’abord en position debout sur place, puis en faisant un pas en avant, un pas en arrière, un saut, en alternant les coups de pied avec les membres supérieurs ou inférieurs, ainsi que des coups de pied combinés avec différents membres. A la fin de l’expérience, la commission d’experts a procédé à un test de devoir des groupes, qui consistait à exécuter les normes développées par la Fédération de Karaté de Contact pour les examens pour le droit de porter la ceinture jaune. L’examen comprenait les exercices suivants : briser des planches d’une épaisseur de 2 cm et d’une taille de 35 x 35 cm, l’une devant être brisée à la main, l’autre au pied, et il n’y avait que 3 tentatives. Toute personne ayant échoué à l’exercice était dispensée de la suite de l’examen. L’examen était suivi d’une démonstration de la technique proposée et se terminait par un combat de compétition. 1. Lors du cassage des planches, 86% des sujets du groupe expérimental ont réussi la tâche, alors que seulement 73% des sujets du groupe de contrôle ont réussi la tâche. 2. Dans le groupe expérimental, 64% des candidats ont suivi le programme de l’examen pour le droit de porter la ceinture jaune, alors que dans le groupe de contrôle, ils n’étaient que 37%. 3. Les participants du groupe expérimental ont gagné 4 combats de plus sur les 20 rencontres effectuées, ce qui représente 20% du nombre total de rencontres. 1 Galperin P.Ya. Types d’orientation et types de formation d’actions et de concepts// Rapports de l’APN RSFSR. – 1958. – № 2. – С. 28-31. 2.Zaporozhets A.V. Rôle de l’activité d’orientation dans l’enseignement de la formation de l’image des mouvements de production // Réflexe d’orientation-recherche et activité d’orientation-recherche. – M. : APN RSFRSR, 1958. – 42-47 с. 3 Novikov A.A., Pileyan R.A. Systématisation des moyens et méthodes d’amélioration de l’habileté tactique et technique du point de vue des régularités de la théorie du contrôle du mouvement (dans la lutte sportive) // Théorie et pratique de la culture physique. – 1974. – № 11. – С. 54 – 57. 4. Chumakov E.M. Volume d’actions techniques et tactiques pour l’étude dans les sections de lutte sambo dans les collectifs de culture physique et d.y.s.sh..M. : 1983. 106 с.